Deux feux de forêt ont connu un regain dans Sept-Rivières

Par Marie-Eve Poulin 12:05 PM - 9 juillet 2024
Temps de lecture :

Panache de fumée visible lundi après-midi à Sept-Îles.

En raison de la chaleur et le temps sec, les feux 221 (nord-est de Port-Cartier) et 214 (Lac des Libellules) ont connu un regain d’activité lundi. La SOPFEU confirme toutefois que les feux 211 et 221 sont toujours maîtrisés et que le 214 est contenu. 

Le feu 211 situé près du Lac Point de Guet et du Lac Walker considéré maîtrisé n’a pas progressé. Il a une superficie estimée de 2 150,9 ha. « Le travail se poursuit sur ce feu avec une vingtaine de pompiers forestiers et un support héliporté », mentionne la SOPFEU.

Le feu 214 près du Lac des Libellules est situé à cheval sur la limite de la Zone nordique. L’incendie d’une superficie estimée de 7 877,8 ha est considéré contenu.

« La partie sud de ce feu, située en Zone de protection intensive, qui porte le numéro 226, est maîtrisée. Cependant, le secteur nord du feu, situé en Zone nordique (feu 214), a repris de la vigueur à l’extrémité nord du feu », mentionne la SOPFEU.

La SOPFEU rappelle qu’en Zone nordique, ils combattent uniquement les feux menaçant des communautés ou des infrastructures essentielles. « On travaille vraiment la bordure sud pour protéger la ville de Sept-Îles. Mais la partie nord, on ne la travaille pas, parce que c’est dans un secteur de forêt vraiment très éloigné », dit la porte-parole de la SOPFEU, Isabelle Gariépy. « Mais oui, on peut voir les panaches de fumée à partir de la ville ». 

Une dizaine de pompiers forestiers y poursuivent le travail qui est appuyé par un hélicoptère.

Le feu 221 situé au Lac Morin soit au nord de Sept-Îles et à l’est de Port-Cartier a repris de la vigueur dans le secteur du doigt du nord de l’incendie. « Ce secteur est inaccessible pour nos pompiers forestiers, car il est situé à flanc de montagne. Les conditions actuelles de l’incendie dans ce secteur ne permettaient pas encore d’y déployer des travailleurs spécialisés (cordistes) », précise la SOPFEU. « Le travail se faisait par arrosage héliporté et avions-citernes. Les cordistes sont mobilisées et bien que ne pouvant intervenir pour l’instant pourraient être amenées à faire du travail d’extinctions lorsque les conditions le permettront. ».

Une dizaine de pompiers appuyés par un hélicoptère poursuivent le travail. L’incendie considéré maîtrisé est d’une superficie estimée de 1 772,2 ha.

Le danger d’incendie sur la Côte-Nord varie entre élevé et très élevé. « C’est quand même une période propice à l’allumage d’incendie », dit Isabelle Gariépy. « On continue de regarder ce qui se passe sur le terrain  et d’aller voir les alertes qu’on retrouve. ». Elle précise qu’il y a encore plusieurs incendies dans l’est de la province, mais qui sont plus au nord. 

Rappelons qu’hier, le train de passagers Tshiuetin a dû s’arrêter un moment près du campement Esker en raison d’un incendie. Après l’intervention de la SOPFEU, il a pu continuer son trajet. 

Partager cet article