121 caribous à l’est du réservoir SM3

Par Emelie Bernier 9:23 AM - 8 juillet 2024 Initiative de journalisme local
Temps de lecture :

Une photo prise lors des inventaires menés à l’hiver 2023. Courtoisie Gardiens du Nitassinan

Des inventaires menés par les Innus d’Uashat Mak ManiUtenam (ITUM) ont permis de cerner davantage l’aire de répartition du caribou à l’est du réservoir SM3 et ainsi de proposer un nouveau dessin pour une aire protégée dans ce secteur de la rivière Sainte-Marguerite.

Le gouvernement fédéral a octroyé 350 000$ pour que les Innus puissent mener eux-mêmes leurs propres inventaires de caribou boréal (forestier) dans le Nitassinan au nord de Sept-Îles. Durant 7 jours, en février 2023, ils ont ratissé le territoire à bord  de 3 hélicoptères.

Photo prise lors des inventaires de février 2023. Photo: Gardiens du Nitassinan.

 « On a quadrillé des secteurs intéressants. On est parti à l’ouest de Port-Cartier jusqu’à la Moisie et on a identifié des secteurs pour le caribou boréal. On a vu 121 caribous qu’on a pu caractériser avec l’aide de la firme WSP », explique le biologiste d’ITUM, André Michel. Les gardiens du territoire autochtone ont également été impliqués dans la démarche.

«Les aînés nous disaient qu’il y avait des caribous à l’est du réservoir et qu’ils fréquentent beaucoup le réservoir quand c’est gelé. Là, on a des preuves concrètes, il est là, et ce sont des données qui vont nous servir à avoir éventuellement une aire protégée», ajoute le biologiste.

Les caribous ont été observés dans le bloc F. Courtoisie.

La qualité du rapport, entièrement produit par ITUM, a été saluée par le gouvernement du Canada, qui a d’ailleurs reconduit les inventaires d’hiver pour 2025 et 2026, assortis d’un financement de 800 000$.  « Tout a été chapeauté par ITUM et c’est la première fois que ç’a été fait. On va continuer de former nos gardiens du territoire et acquérir des données pour peaufiner nos connaissances. On espère que les feux n’ont pas eu trop d’impact parce que les inventaires dont il est question ici datent de  février 2023, avant les feux. Cette année, on n’a pas eu de financement », ajoute M. Michel. La majorité des frais sont liés à l’utilisation des hélicoptères.

Un projet  de décret bien accueilli

André Michel salue l’implication fédérale dans le dossier du caribou. « Le décret fédéral qui s’en vient, on en est bien content. Le gouvernement du Québec ne fait pas sa job. Mais il y a un bémol : on est d’accord qu’ils travaillent sur le Pipmuacan et on espère que ce territoire sera exclu de la coupe forestière, mais il ne faudrait pas que ça ne donne plus pression de coupe sur les autres Nitassinan. Il faut tout repenser l’industrie forestière », estime le biologiste.

Le projet d’aire protégée de la rivière Sainte-Marguerite, lui, a été circonscrit grâce aux résultats des inventaires menés l’an dernier. « On avait déjà soumis cette aire protégée, mais c’était trop grand et le gouvernement avait dit non, mais là on a trouvé une délimitation plus réaliste où se trouve le caribou et on souhaite que le gouvernement aille de l’avant avec une aire protégée », conclut André Michel.

Partager cet article