Une étude sur les impacts du prolongement de la route 138

Par Vincent Rioux-Berrouard 5:00 AM - 31 mai 2024
Temps de lecture :

Des travaux de prolongement ont lieu sur la route 138. Sur la photo, on voit le tronçon à proximité de La Romaine. Photo ministère des Transports et de la Mobilité durable

Une étude portant sur les impacts du prolongement de la route 138 sera réalisée, afin de documenter les impacts et les préoccupations des gens.

« On s’intéresse à comment la présence de la route 138, ou son absence, peuvent influencer les activités et l’utilisation du territoire », explique Chloé L’Écuyer-Sauvageau, chercheuse à la Chaire de recherche du Canada en économie écologique, de l’Université du Québec en Outaouais.

L’étude vise un large champ de recherche. Elle n’a pas simplement comme objectif de mesurer les impacts économiques.

« On veut voir les effets sur certaines activités comme la chasse, la pêche et la cueillette. On veut aussi se pencher sur des dimensions intangibles. On parle ici du sentiment d’appartenance qu’il y a au territoire, ou aux communautés. C’est le rapport à la route et à l’environnement qui nous intéresse aussi », dit-elle.

Les conséquences des changements climatiques dans un contexte où la route blanche est de moins en moins présente seront aussi étudiées. Ce lien est important pour les communautés de la Basse-Côte-Nord.

Pour mener l’étude, les chercheurs sont à la recherche de personnes de 18 ans et plus qui sont résidents entre Havre-Saint-Pierre et Saint-Augustin. Ils souhaitent obtenir des gens provenant des différents secteurs de cette zone. Comme illustre Mme L’Écuyer-Sauvageau, la population de Havre-Saint-Pierre côtoie la route 138 depuis des décennies, ceux de Kegaska depuis une décennie et ceux de la Basse-Côte-Nord l’attendent.

« C’est vraiment intéressant d’avoir les différentes perspectives. Par exemple, à Kegaska on pourra aborder les préoccupations qu’avaient les gens, tandis que pour ceux qui sont en processus d’être reliés par la route 138, il sera davantage question de leurs aspirations », dit-elle.

Les chercheurs veulent rencontrer une trentaine de résidents pour réaliser des entrevues. Celles-ci seront effectuées soit par visioconférence, ou en personne. 

Pour ceux qui seraient intéressés à participer à l’étude, il suffit d’écrire à chloe.lecuyer-sauvageau@uqo.ca.

Actuellement, la route 138 se rend jusqu’à Kegaska. Les tronçons situés entre Kegaska et La Romaine et entre Tête-à-la-Baleine et La Tabatière sont en réalisation. Les tronçons situés entre La Romaine et Tête-à-la-Baleine et entre La Tabatière et Vieux-Fort sont à l’étude par le gouvernement du Québec.

Partager cet article