Une entreprise de Sept-Îles fait fabriquer des robots à des jeunes du primaire

Par Marie-Eve Poulin 12:00 PM - 30 mai 2023
Temps de lecture :

Les jeunes ont pu expérimenter divers outils technologiques. Photo Facebook OmniZoé.

Une entreprise septilienne a aidé des jeunes du primaire à construire et à programmer des robots, dans l’espoir de les intéresser à des métiers technologiques. 

Cet hiver, des jeunes ont pu faire leurs premiers pas dans l’apprentissage de la technologie éducative.

La mission d’OmniZoé est en générale d’œuvrer avec les autres entreprises, pour les aider à intégrer les technologies dans leurs opérations. Pour une première fois cette année, elle a voulu partager son savoir avec les jeunes.

Par le jeu, ils ont touché à la réalité virtuelle, au codage, à la programmation et au pilotage de drone ainsi qu’à la réalité augmentée. 

Par exemple, ils ont construit des robots et les ont programmé à l’aide d’une tablette et d’un logiciel. Ils pouvaient ensuite leur faire déplacer des blocs Lego

Avec un casque de réalité virtuelle, ils ont également visité des pays et répondu à des questions en lien avec l’endroit. 

Les jeunes ont aussi appris à programmer un drone et à le faire voler.

« Ils ont appris à être des créateurs et non seulement des consommateurs de technologie », dit Poema Charlotte Poko, vice-présidente d’OmniZoé. 

Métiers 3.0

L’objectif des activités est d’initier les jeunes aux métiers d’avenir au niveau de la programmation, du Web 3.0 et de la technologie immersive pour qu’eux-mêmes soient des concepteurs.

Ils pourraient en venir notamment à créer leurs propres jeux vidéo, des applications, à programmer et développer des logiciels, etc. 

La VP d’OmniZoé croit qu’en étant initiés dès le bas âge, les jeunes peuvent développer l’intérêt et les compétences pour se diriger vers un choix de carrière dans le domaine de la technologie. Ils pourraient même créer des outils qui seront utiles pour la communauté. 

« Pourquoi pas créer un outil technologique pour répondre à la longue file d’attente qu’on a à l’Hôpital de Sept-Îles, par exemple », rêvasse la vice-présidente. 

« Ce serait le premier projet que ces jeunes-là pourraient mettre sur la table. On serait bien sûr à une autre phase de maturité. »

L’entrepreneure souhaite aussi apporter la réalité augmentée dans les écoles pour répondre aux besoins spécifiques des élèves et collaborer à mettre en place des services éducatifs. 

Partager cet article