Les Gaulois gagnent en fin de match sur les Basques

Par Sylvain Turcotte 11:50 PM - 30 Décembre 2022
Temps de lecture :

Même les gradins populaires du vieil aréna Conard-Parent étaient bondés de spectateurs.

Il y avait foule à l’aréna Conrad-Parent de Sept-Îles, une salle comble de 1850 spectateurs, pour le dernier match de 2022 de la Ligue de hockey Senior AA de la Côte-Nord. Les Gaulois de Port-Cartier ont jeté une douche d’eau froide aux partisans des locaux, marquant deux fois dans les trois dernières minutes, pour rester invaincus cette saison, avec une victoire de 3-2 sur les Basques – Groupe Olivier de Sept-Îles.

Pier-Luc Berthelot a porté le coup de grâce avec seulement 21 secondes à faire au dernier engagement pour ainsi donner une sixième victoire en autant de matchs aux Gaulois. Nicolas Mayrand avait créé l’égalité avec 02:56 à faire en troisième.

Les visiteurs avaient été les premiers à s’inscrire au tableau par l’entremise de Jean-Frédérik Gitrard, auteur d’un but en déjouant le gardien Joël Mckenzie en première période. Moins de cinq minutes plus tard, Nylan Bouchard nivelait la marque pour les Basques.

Après une deuxième période sans but, la formation septilienne s’est emparée de l’avance grâce à Luc Arsenault, qui avait trouvé le fond du filet derrière Joël Grondin. La suite a été dit plus haut.

Échos de vestiaires

Du côté de l’entraîneur chef des Gaulois, Michel Losier a parlé d’un bon match, même si ça troupe s’est retrouvé trop souvent au cachot. « Les gars ont bien joué défensivement. On n’a pas lâché jusqu’à la fin », a-t-il dit.

Il explique les succès de sa troupe et son dossier de 6-0 sur le travail de l’ensemble, que ce soit l’offensive, la défensive et ou les gardiens. « On a gagné des games serrées qui auraient pu virer de l’autre côté, mais on a fait notre chance. »

Dans l’autre camp, la défaite était dure à avaler pour l’entraîneur François Boudreault, non seulement pour la fin du match, mais aussi par le manque de résultats avec l’avantage d’un homme.

L’entraîneur aurait aimé voir son équipe capitaliser sur ses avantages numériques. « On a manqué d’opportunisme en power play. Ça aurait pu changer la game. »

« Il y a une bonne leçon à prendre de ça, c’est qu’une partie n’est jamais finie. »

Il a tout même salué l’effort de ses joueurs et de son gardien. « Une chance qu’il (Joël) était là. »

L’entraîneur des Basques a aussi remercié la foule présente en grand nombre. « On a senti l’appui. »

Sept-Îles et Port-Cartier se retrouveront une fois de plus samedi prochain, le 7 janvier, cette fois au domicile des Gaulois.  

Partager cet article