Déversements d’eaux usées : Port-Cartier parmi les pires villes québécoises

Par Emelie Bernier 10:15 AM - 04 novembre 2022
Temps de lecture :

La rivière Magpie. Courtoisie Boreal-River

La Fondation Rivières vient de publier son classement annuel des municipalités québécoises selon les déversements d’eaux usées observés per capita. Avec 74 débordements, Port-Cartier se classe au 5e rang de ce palmarès annuel peu enviable. Baie-Comeau arrive 98e avec 47 incidents tandis que Sept Iles, avec 8 incidents, arrive au 248e rang.

Le calcul par habitant concède une position plus enviable à  Blanc-Sablon, au 115e rang malgré ses quelque 160 déversements. Plusieurs municipalités de la Côte-Nord ne dénombrent aucun incident, dont Forestville, Havre-Saint-Pierre, Portneuf-sur-Mer, Rivière-au-Tonnerre, Sacré Cœur, Saint-Augustin, Longue-Pointe-de-Mingan et Tadoussac.  

« Les déversements font référence aux eaux n’ayant subi aucun traitement rejetées dans les rivières. Cet exercice permet de distinguer les municipalités qui se sont améliorées depuis l’année précédente de celles où la situation s’est détériorée, et d’encourager les élu.e.s à corriger les problèmes. Le palmarès est réalisé à partir des données de la carte des déversements d’eaux usées », lit-on sur le site web de la Fondation.

La Ville de Baie-Comeau a répondu de façon plutôt laconique aux questions de la fondation, qui effectue un suivi auprès de certaines villes qui affichent un taux élevé d’incidents par habitant. La Ville affirme que des actions ont été entreprises afin de limiter la fréquence des déversements, notamment la remise à neuf d’une station de pompage, et dit s’être doté d’objectifs spécifiques visant une diminution nette des fréquences de déversement.

La carte des déversements peut être consultée et offre un portrait global de la situation incluant le nombre des déversements et leur durée totale mensuelle sur le territoire des municipalités. Rappelons que les municipalités québécoises doivent transmettre ces informations au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC).

Partager cet article