Deux candidats de René-Lévesque s’engagent à faire du pont sur le Saguenay une réalité

Par Renaud Cyr 11:06 AM - 02 septembre 2022
Temps de lecture :

André Desrosiers, maire des Escoumins, Martin Dufour, chef du Conseil de la Première Nation des Innus Essipit et Guillaume Tremblay, porte-parole de la Coalition Union 138 entourent les deux candidats de la circonscription de René-Lévesque, Yves Montigny (au centre) et Jeff Dufour-Tremblay (à droite).

Déterminés à ce que le pont reliant les deux rives de la rivière Saguenay devienne une réalité, la Coalition Union 138 a invité les candidats aux élections provinciales à s’engager publiquement pour la construction d’un pont à l’embouchure de la rivière le 2 septembre.

« On veut vraiment avoir la position des candidats qui se présentent dans nos circonscriptions respectives », a lancé d’entrée de jeu le porte-parole de la Coalition Union 138, Guillaume Tremblay.

Les deux candidats qui ont répondu présents à l’invitation, Jeff Dufour-Tremblay du Parti québécois et Yves Montigny de la CAQ, ont dû se prononcer sur deux questions bien précises, soit la pertinence de la construction d’un pont sur la rivière Saguenay et ce qu’ils feront concrètement pour faire avancer ce dossier qui date de 60 ans.

« Quelle est la pertinence d’un pont sur la rivière Saguenay? »

C’est par un tirage à pile ou face que l’ordre de parole des candidats a été décidé. D’abord, le péquiste s’est prononcé en faveur du projet puisque la région « en a besoin pour son développement économique » et pour « faire du commerce intérieur », notamment.

Il a également dénoncé le « syndrome de la traverse », expression signifiant les véhicules qui roulent plus rapidement après avoir quitté le traversier et qui « mettent la vie des citoyens en dangers en plus d’augmenter les risques d’accident ».

De son côté, Yves Montigny n’avait jamais caché son envie d’aller de l’avant avec le projet du pont. « J’ai toujours été pour le pont, a-t-il fait savoir. Je vais travailler comme un fou pour que ce projet-là se réalise, peu importe le résultat de l’élection ».

Selon le caquiste, la vitalité économique de la Côte-Nord a vraiment besoin de ce pont. « La situation actuelle nuit à tout le monde. L’attente au bateau a un impact économique important pour le citoyen et pour les entreprises. La 138, c’est notre lien principal et il faut la compléter ici à la hauteur de Tadoussac/Sacré-Coeur », a-t-il martelé en s’engageant à créer de l’emploi à Tadoussac.

« Le lendemain matin, quand vous serez élu, quel geste concret allez-vous poser pour que ce dossier là aboutisse une fois pour toute? »

Toujours le premier à répondre, M. Dufour-Tremblay offre de « pouvoir parler » du projet comme l’ont fait les députés qui le précèdent.

« Dès que je suis partout au Québec, je parle du pont. Ça va prendre des députés qui parlent et qui amènent le sujet, qui vont être capables de s’asseoir avec un ministre et de faire valoir l’idée que la région a besoin de ça pour continuer son développement. C’est un dossier qui doit être au-dessus de la pile », a-t-il clamé.

M. Montigny, quant à lui, a rappelé que le pont était son dossier prioritaire et qu’il en avait avisé le premier ministre avant d’être officialisé comme candidat.

« Pour réussir à réaliser le projet du pont, c’est une volonté politique que ça prend. Il y a une façon de faire ça. Je vais aller voir les 124 autres députés un à un pour les convaincre que ce projet mérite leur appui. Si on réussit à avoir un appui unanime, ce sera mission accomplie »

Notons que les candidats des circonscriptions de Duplessis et Charlevoix-Côte-de-Beaupré seront également invités à s’engager publiquement au sujet du pont sur le Saguenay le 7 septembre à Sept-Iles et le 12 septembre à La Malbaie.

Des résultats attendus

Rappelons que François Bonnardel confirmait le lancement de l’appel d’offres public pour la réalisation d’une étude socio-économique portant sur les répercussions de la construction d’un pont au-dessus de la rivière Saguenay et sur l’exploitation de la traverse Tadoussac–Baie-Sainte-Catherine plus tôt cet hiver.

Les résultats de cette étude seront connus durant le printemps 2023. En parallèle, une autre étude d’opportunité s’intéressant aux possibilités de construction d’un futur pont est en voie d’être complétée. L’étude est pilotée par un consortium Groupe Pont Estuaire/Fjord du Saguenay réunissant CIMA+, WSP et Systra et ses résultats sont également attendus durant la prochaine année.

Reste à voir si les résultats combinés de ces deux études constitueront des données complémentaires pouvant servir de levier au candidat élu.

Partager cet article