Le milieu communautaire nord-côtier lance un appel au calme pour la campagne électorale

Par Daniel Naud 3:34 PM - 01 septembre 2022
Temps de lecture :

Shawn Bourdages, coordonnateur de la Troc Côte-Nord, se joint à Mélanie Bernier, coordonnatrice du Regroupement des femmes de la Côte-Nord et à Michel Savard de la Table des Groupes Populaires de la Côte-Nord pour dénoncer la violence et l’intimidation en période électorale. Photo d’archives

Dans un communiqué de presse, la Table régionale des organismes communautaires de la Côte-Nord (TROC Côte-Nord), le Regroupement des femmes de la Côte-Nord (RFCN) ainsi que la Table des groupes populaires de la Côte-Nord lancent unanimement un appel au calme et au respect du processus démocratique, à la suite des incidents qui ont entaché le début de la campagne électorale, autant sur la scène nationale que régionale.

« La démocratie et le respect de la diversité d’opinions sont au cœur des valeurs du milieu communautaire. Entendons-nous, notre milieu est souvent critique du pouvoir et des décideurs. Ceci dit, et c’est même inquiétant de devoir le rappeler, il est absolument fondamental pour notre société que le débat public soit exempt de violence et qu’on laisse l’ensemble des candidats et leurs équipes s’exprimer et aller à la rencontre de la population sans crainte pour leur intégrité physique ou morale », lance Shawn

Bourdages, coordonnateur de la TROC Côte-Nord.

Pour sa part Mélanie Bernier, coordonnatrice du Regroupement des femmes de la Côte-Nord, souligne qu’il est déjà difficile de se lancer en politique, car les enjeux sont énormes. Elle ajoute que pour faire sa place, une femme doit travailler encore plus fort, ignorer les préjugés ainsi que les propos et les gestes désobligeants.

« Il en va de soi que chaque candidate et candidat doit avoir l’espace sécuritaire pour s’exprimer. Peu importe le parti, les valeurs ou les ambitions de ces candidats, ils méritent de pouvoir faire leur campagne dans le respect et la non-violence », ajoute-t-elle.

Du côté de la Table des Groupes Populaires de la Côte-Nord, son coordonnateur, Michel Savard, soutient que dans une société moderne comme la nôtre, il existe plusieurs moyens de pratiquer son droit démocratique et la violence, l’intimidation, les menaces de mort, les messages haineux et la détérioration de matériel de campagne n’en font absolument pas partie.

« Il fait dénoncer haut et fort ce genre de comportement antidémocratique et archaïque », conclut-il.

Partager cet article