Drakkar : Pierre Rioux ne pouvait pas laisser passer l’occasion de retourner dans la LNH

Par Steeve Paradis 6:00 AM - 03 août 2022
Temps de lecture :

À son arrivée à Baie-Comeau, Pierre Rioux était conscient de la somme du travail qui l’attendait. Trois ans plus tard, alors qu’il retourne chez les professionnels, il estime avoir livré la marchandise avec le Drakkar.

Parfois, dans la vie, il y a des opportunités qui se présentent qu’on ne peut pas laisser passer, même si on est satisfaits de notre sort. C’est exactement ce qui s’est passé avec Pierre Rioux, qui était très heureux d’être à bord du Drakkar de Baie-Comeau jusqu’à ce que la Ligue nationale de hockey lui ouvre de nouveau ses portes.

Dès avant le repêchage de la LHJMQ, qui s’est tenu début juillet, Rioux s’était entendu avec un club de la LNH qui reste à identifier, tout comme les fonctions qu’il occupera et ce, à la demande de cette équipe.

Il a toutefois poursuivi son travail de directeur général du Drakkar afin de laisser le temps au conseil d’administration de dénicher son successeur. Son contrat professionnel débute officiellement le 1er septembre.

« J’étais très bien avec le Drakkar, mais à 60 ans, si je ne saisis pas cette opportunité, il n’y en aura pas d’autres », fait valoir Rioux en entretien avec Le Manic. « C’est plate de quitter parce qu’on a bâti quelque chose de bien avec Jean-François (Grégoire) et l’organisation. Je suis bien conscient que le meilleur est à venir pour le Drakkar. »

Pierre Rioux assure qu’il n’a sollicité personne afin de retourner dans la Ligue nationale de hockey. De son propre aveu, il avait même fait une croix définitive sur cette option lorsqu’il a intégré l’Océanic de Rimouski en 2016, où il a travaillé jusqu’à son arrivée à Baie-Comeau en août 2019.

Avant son passage à Rimouski, Rioux a été dépisteur pour les Maple Leafs de Toronto de 2009 à 2015. « Quand mon contrat n’a pas été renouvelé avec Toronto, j’avais fait quelques démarches avec d’autres clubs, mais il n’y a jamais eu de débouché. J’avais donc mis ça de côté et j’étais bien heureux que Rimouski m’embauche », confie-t-il.

Pas toujours facile

L’heure du bilan de son séjour sur la Côte-Nord a donc sonné pour le désormais ex-dg du Drakkar. Pierre Rioux est fier de son travail, même s’il a appris son métier de directeur général à la dure.

« Si on se rappelle, je suis arrivé ici deux jours avant l’ouverture du camp d’entraînement. On entreprenait aussi un processus de reconstruction et il y a eu la COVID à travers tout ça. Ça n’a pas toujours été des moments faciles, mais on a tous progressé là-dedans. J’étais conscient du travail qu’il y avait à faire ici, je me suis engagé à fond et je suis convaincu qu’aujourd’hui, l’équipe est sur la bonne voie. »

L’homme de hockey croit que le boulot abattu avec le Drakkar pèse lourd dans cette chance qui s’offre. « Avant de me contacter, on a sûrement regardé le travail que j’ai fait ici. Avec Jean-François, on a mis en place un club composé de joueurs avec une bonne éthique de travail, et l’exemple venait d’en haut. »

Au passage, Rioux assure que son successeur est prêt à relever le défi. « Je suis content que le conseil d’administration fasse confiance à Jean-François. Il est maintenant prêt. »

En terminant, Pierre Rioux a tenu à saluer le travail du conseil d’administration et de celui qui l’a précédé. On se rappellera qu’il a été embauché sous la précédente administration. « Ce sont tous des passionnés, qui ont à cœur le succès du Drakkar », conclut-il.

Partager cet article