Sharon Fontaine-Ishpatao se plaît à jouer

Par Sylvain Turcotte 9:12 AM - 02 août 2022
Temps de lecture :

Originaire de Uashat, Sharon Ishpatao, la Mikan du film Kuessipan, tourne aux côtés de Bianca Gervais cet été pour la série Les Perles. Photo Patrice Lévesque

On l’a connu comme Mikuan dans Kuessipan, mais parole de Sharon Fontaine-Ishpatao, c’est la pièce La cartomancie du territoire qui a donné le véritable « boost » à sa carrière.

Parlant de carrière, elle prend de plus en plus d’ampleur. Après avoir fait partie de la distribution de la deuxième saison de Toute la vie, une série pour laquelle elle ne pensait pas avoir un rôle, elle jouera dans Les Perles.

Elle se réjouit aussi d’avoir découvert le théâtre, qui lui permet de toucher à tout.

« J’aime jouer, que ce soit devant la caméra à moins 30 ou dans une salle devant dix personnes », mentionne-t-elle.

Été occupé

Sharon aura d’ailleurs un été fort occupé avec le tournage de la série Les Perles aux côtés notamment de Bianca Gervais, série écrite par la Nord-Côtière Érika Soucy. Cette comédie romantique explore les réalités de la monoparentalité, la maternité précoce et la solidarité féminine.

Le tournage, amorcé au début juillet, se fera dans la région de Montréal, mais aussi sur la Côte-Nord, aux dires de l’actrice originaire de Uashat. Elle en a pour deux à trois mois.

« C’est un beau projet. On a souvent l’image de la femme féministe forte et indépendante. Mais il y a autre chose », soutien Sharon, pour parler de son rôle.

L’année 2023 sera aussi occupée pour elle, du moins les premiers mois.

En mars, elle sera sur les planches pour la pièce Manikanetish, inspirée du roman de Naomi Fontaine.

Sharon Fontaine-Ishpatao se dit honorée par ce projet à venir, un projet qu’elle aime, qui représente sa communauté, son école. « Je vais incarner des gens que j’ai connus. »

Peu importe ce qui l’attend, Sharon a hâte à tout, même si elle se décrit comme anxieuse, avec la peur de ne pas être à la hauteur.

Elle reprendra aussi son rôle dans La cartomancie du territoire, en France, au printemps 2023, pour trois semaines.

« Les opportunités sont là, j’ai confiance », un scénario différent de ses débuts, alors qu’elle a mangé des ramens « une couple de mois! »

Avec tout ce qui se présente à elle, bien normale que ses études en théâtre soient sur la glace. Ses professeurs l’acceptent certainement.

D’autre part, s’ennuie-t-elle de la Côte-Nord, de sa communauté?

« Oui! Je m’ennuie du soleil, de Uashat, surtout l’été, de la mer, de mes amis, des vagues », souligne-t-elle. Elle n’y est pas venue depuis le mois de mai. La prochaine fois ne devrait pas être avant l’automne.

Partager cet article