Port de Sept-Îles : vers une année record en 2022

Par Vincent Rioux-Berrouard 3:27 PM - 02 juin 2022
Temps de lecture :

Les débardeurs du Port de Sept-Îles pourront notamment être payés à temps et demi après 6 heures de travail en raison de ce contrat.

Après avoir connu sa deuxième meilleure année en termes de volume de marchandises manutentionnées (32,1 millions de tonne) en 2021, l’année 2022 pourrait bien être la meilleure de l’histoire du Port de Sept-Îles.

« Après cinq mois d’activité, le rythme de croisière fait qu’on devrait atteindre 38 millions de tonnes de marchandises. Cela serait sans précédent. Le dernier record datait de 1974 avec 34,9 millions de tonnes. On se dirige vraiment vers une année historique », affirme Pierre D. Gagnon, président-directeur général du Port de Sept-Îles.

Selon lui, si cette croissance se poursuit, le Port de Sept-Îles pourrait devenir le deuxième port en importance au Canada pour le volume de marchandise. Seul le port de Vancouver devancerait Sept-Îles.

Les projets ne manquent pas

L’organisation tenait son assemblée générale annuelle le 2 juin. Il s’agissait d’une occasion pour le Port de faire un bilan de la dernière année, mais aussi de se projeter vers l’avenir.

Une priorité pour le Port de Sept-Îles dans les prochaines années sera la réfection du terminal Mgr-Blanche. Il s’agit du quai qui accueille les bateaux de croisières. Des travaux sont plus que nécessaires pour cette infrastructure construite en 1962. Au fil des années, elle s’est affaissée de deux mètres.

« Par grande marée, l’eau rentre sur le terminal. De plus, de grandes parties de la façade de bois du quai ont été enlevées avec le temps », explique M. Gagnon.

Des demandes de subventions ont été déposées auprès des gouvernements fédéral et provincial pour ce projet qui tournera entre 30 et 40 millions de $.

Un autre dossier sur lequel le Port compte consacrer temps et effort est celui du terminal Pointe-aux-Basques. Des travaux d’une valeur de 20 millions $ ont été réalisés sur celui-ci dans les dernières années.

Pour Pierre D. Gagnon, cette infrastructure à un haut potentiel comme voie de contournement pour tout le trafic routier hors-norme empruntant la route 138. Il y a environ 2 millions de tonnes de marchandises diverses qui transitent de Québec à Sept-Îles annuellement pour l’approvisionnement de la grande industrie dans la région.

« On a des discussions avec plusieurs partenaires pour pouvoir faire transiter beaucoup de marchandises qui utilisent la 138. Il y a certains types de marchandise qui pourraient facilement être manutentionnés aux infrastructures de Pointe-aux-Basques. De plus nous sommes reliés au chemin de fer QNS&L ce qui nous permet d’envoyer les marchandises jusqu’à Schefferville », indique le président-directeur général du Port de Sept-Îles.

Le Port de Sept-Îles a également dévoilé son nouveau site Web qui a été réalisé par l’entreprise Optik 360 lors de son assemblée générale annuelle.

Bernard Lynch, président du conseil d’administration du Port de Sept-Îles et Pierre D. Gagnon, le président-directeur général du Port de Sept-Îles. Photo courtoisie

Partager cet article