Le Drakkar veut gagner contre Sherbrooke, pas seulement prendre de l’expérience

Par Steeve Paradis 4:00 PM - 04 mai 2022
Temps de lecture :

Jean-François Grégoire assure que son Drakkar a pris la route de Sherbrooke avec l’objectif de gagner et non seulement pour prendre de l’expérience. Photo archives

Foi de Jean-François Grégoire, il ne faut pas compter le Drakkar pour déjà battu dans cette série 3 de 5 où il affronte à compter de ce jeudi le Phoenix de Sherbrooke, quatrième au classement général et premier de la conférence Ouest. Ses joueurs ont pris la direction de l’Estrie pour arracher la victoire, pas pour faire de la figuration.

« On est ailleurs comparativement à l’an passé. On n’aborde pas cette série dans l’objectif de prendre de l’expérience. On sait qu’on a un gros défi devant nous, mais l’optique n’est pas seulement d’offrir une bonne performance. On veut gagner nous aussi », a indiqué le pilote du Drakkar la veille du départ des siens pour Sherbrooke.

Évidemment, les forces en présence ne sont pas les mêmes, et Grégoire en convient, particulièrement en ce qui concerne l’attaque. Le Phoenix a 40 points de plus que Baie-Comeau au classement, il a marqué 73 buts de plus et en a accordé 45 de moins.

Le champion marqueur du circuit Courteau, Joshua Roy (51 buts et 119 points), est un Phoenix, qui compte également sur les services de Xavier Parent (51 buts et 106 points). Il est donc hors de question pour le Drakkar de se lancer dans des duels offensifs contre les Sherbrookois.

« On va devoir être efficaces avec nos bâtons, bien protéger l’espace entre les points de mises au jeu. On a de gros bonshommes, il faut s’en servir. Pour ce qui est des attaquants, ils devront être disciplinés dans leur façon de jouer. De toute façon, peu importe l’équipe contre qui tu joues, il n’y a pas beaucoup d’espace dans le hockey des séries », a-t-il indiqué.

L’alignement, une carte cachée?

Pour la première fois depuis longtemps, l’entraîneur-chef pourra compter sur un alignement en santé avec le retour dimanche d’Evgeny Sapelnikov, lui qui était sur la touche depuis le 27 février en raison d’une lacération au rein. Il retrouvera vraisemblablement sa place sur le premier trio avec les deux meilleurs marqueurs du club, Jacob Gaucher (35 buts et 33 passes) et Benjamin Corbeil (34 buts et 34 passes).

Pour le reste, tout le monde retrouvera son rôle habituel. « Notre alignement, c’est notre carte cachée », a-t-il soutenu avec un sourire qui se voulait énigmatique.

Parmi les atouts de Grégoire, on retrouve le gardien Olivier Adam, qui a été brillant dans le dernier droit de la saison. « À chaque fois qu’il est devant le filet, il nous donne une chance de gagner. Il est calme, en contrôle. Son expérience sera aussi un atout pour nous », a-t-il souligné.

Pour une équipe qui veut causer une surprise dans une série, le format 3 de 5 est beaucoup mieux que le 4 de 7. Grégoire l’a évidemment très bien compris. « Tu vas chercher un match sur la route et tu reviens chez vous, devant ta foule. La pression, ce n’est pas nous qui l’avons. Si on ne gagne pas cette série, ce ne sera pas un accident de parcours, contrairement à eux. »

Finalement, Jean-François Grégoire se disait content de faire face à une équipe d’une autre conférence que celle de son club. « Ça fait changement, de voir une autre équipe », fait valoir le pilote, qui rentrera en quelque sorte au bercail puisqu’il est originaire de Sherbrooke.

Partager cet article