« La majorité paye pour la minorité » – Steeve Beaupré

Par Sylvain Turcotte 9:16 AM - 11 janvier 2022
Temps de lecture :

Le maire de Sept-Îles, Steeve Beaupré, trouve regrettable que la majorité des citoyens ait perdu ses privilèges en raison d’une poignée de récalcitrants.

Le nouveau maire de Sept-Îles, Steeve Beaupré, tient le même discours ou presque que son prédécesseur, Réjean Porlier, même qu’il est encore plus direct face à la situation pandémique qui nous englobe.

M. Beaupré se montre davantage tranchant, lançant que « la majorité paye pour la minorité », faisant référence aux non-vaccinés.

« Les privilèges sont perdus en raison d’une poignée de récalcitrants. Le gouvernement ne serre pas assez la vis aux non-vaccinés. »

Le maire de Sept-Îles soutient que certaines mesures de la Santé publique sont venues trop tardivement et qu’il n’a pas été entendu par les instances, alors qu’il avait notamment proposé le retour aux paliers, la fermeture de l’accès à la région, sachant que les étudiants s’en venaient en plus des travailleurs.

M. Beaupré invite les gens à se faire dépister et à se faire vacciner. Il rappelle qu’il faut garder le cap et se protéger.
« Le message que je lance à la population, c’est de respecter les règles. J’invite les gens à la prudence, même si je perçois dans la population que les gens sont écœurés de l’incertitude et des changements. »

Il espère aussi un certain retour à la normale pour le bien de l’économie régionale, les petites entreprises, les restaurants et les bars.

Le maire entrevoit tout de même de l’espoir, une lumière au bout du tunnel. « Il faut demeurer positif et regarder en avant. On n’a pas le choix, on est dedans.»

Sur une autre note, Steeve Beaupré a indiqué que la direction de la Ville de Sept-Îles a jonglé avec différentes options pour l’accès aux services administratifs à la mairie. Pour le moment, certains services sont disponibles sur rendez-vous.

Le maire souhaite ne pas avoir à en venir à mettre du personnel en arrêt de travail (chômage) en raison du contexte.

Partager cet article