Un projet artistique septilien reçoit 100 000$

Par Maxim Villeneuve 11:54 AM - 02 août 2021
Temps de lecture :

Source: page Facebook de l’Atelier de la 8eme Île

L’Atelier de la 8île a reçu 100 000$ du Conseil des arts du Canada pour son projet de tournage « Les utopies nordiques ». L’argent servira à payer les artistes et le matériel nécessaire pour la diffusion. 

L’argent a été accordé via les Fonds stratégiques et initiatives : Présent numérique, à la suite d’une demande de L’Atelier. Cette bourse vise à aider des projets de diffusion numérique.

« C’est vraiment pour outiller les artistes pour qu’ils fassent la diffusion de leurs œuvres sur le web. Alors, nous ça tombait exactement dans ce que l’on est en train de faire », affirme la directrice du projet et propriétaire de L’Atelier de la 8île, Johanne Roussy. 

C’est la 4subvention octroyée à ce projet. La Ville de Sept-Îles a donné 5500$ à travers l’Entente culturelle et le Regroupement citoyen de la base de Moisie versera 2000$. Le projet a aussi obtenu la Bourse de partenariat territoriale du Conseil des arts et lettres du Québec (CALQ) d’une valeur de 20 000$.

L’Atelier de la 8île a fait venir à Sept-Îles une douzaine d’artistes de divers horizons et régions dans le cadre du projet artistique « Les utopies nordiques ». Ils sont invités à créer des scènes d’art inusitées dans divers lieux sur la pointe de Moisie.

« C’est tous des artistes chevronnés et c’est tous des artistes qui ont des métiers que j’aimerais que les jeunes de Sept-Îles sachent que ça existe », exprime Mme Roussy.

« Il y a l’idée que tout le monde doit se rassembler, se rencontrer, prendre le temps de se rencontrer dans ce projet-là, et de créer ensemble. Mes idées de départ sont là, mais j’accepte de les mettre en danger pour de meilleures idées », ajoute-t-elle.

lls accueillent des groupes d’Innus pour qu’ils discutent entre eux, en innu-aimun, de leur opinion sur les projets d’art. Mme Roussy souhaite souligner l’importance de l’intimité dans ce projet qui n’est pas ouvert aux visiteurs.

« C’est comme si on faisait une série de spectacles qui sont présentés de façon intime à des Innus et ils disent leur opinion là-dessus. C’est toutes des personnes qui sont très brillantes, des personnes qui se sont impliquées socialement », explique Mme Roussy.

Les œuvres d’art sont créées pour faire appel à l’émotion.

« On met des situations où les Innus vont pouvoir libérer leur parole et dire ce qu’ils veulent. Des fois on parle de choses drôles, des fois on parle de choses très tristes », ajoute la directrice.

Cette dernière veut donner une voix aux enjeux de la communauté.

« Ils nous disent des affaires qui doivent être dites. Ce n’est pas choquant, c’est plein de douceur, mais ce sont des vérités », affirme-t-elle.

Tout cela est tourné dans le but de créer un film ou une série d’ici 2023. Le narratif sera basé sur la traduction des conversations enregistrées.

Partager cet article