La Basse-Côte-Nord a enfin une clinique vétérinaire

Par Maxim Villeneuve 12:00 PM - 21 juillet 2021
Temps de lecture :

La Clinique BCN. Photo courtoisie

Les propriétaires d’animaux de la Basse-Côte-Nord ont l’esprit plus tranquille depuis quelques mois. La clinique vétérinaire BCN fête ses six mois d’ouverture.

Le service de vétérinaire n’existait pas avant l’arrivée de cette clinique. Les gens devaient se rendre à Terre-Neuve-et-Labrador ou Goose Bay. Sinon, ils devaient envoyer leurs animaux à Sept-Îles par avion. Dans tous les cas, le traitement d’un animal représentait plusieurs heures de transport et des frais additionnels.

La Clinique Vétérinaire Septilienne a étendu ses services en installant une clinique à Blanc-Sablon. La possibilité de soins plus rapide a été un soulagement, selon la technicienne en santé animale Gabrielle Landry.

« C’est un baume sur la conscience », décrit-elle.

La clinique offre entre autres des services de vaccination, d’euthanasie, de consultation et de suivis avec une technicienne en santé animal. Il n’y a cependant pas de vétérinaire sur place. 

Mme Landry souhaite aussi utiliser la clinique pour faire de la sensibilisation et de l’éducation sur la santé animale. L’absence de service a mené à un manque de soins de certains animaux de ces villages isolés.

La présence d’une clinique en Basse-Côte-Nord a aussi facilité la vie de la communauté anglophone. Selon Mme Landry, les gens sont plus à l’aise de pouvoir consulter en anglais.

Horribles sorts

Plusieurs animaux ont connu d’horribles sorts, car ils étaient loin des centres de soins.

Mme Landry raconte le destin fatal d’un chien qui s’était fait frapper environ un an avant l’ouverture de la clinique. L’incident est arrivé lors d’une tempête hivernale, empêchant les propriétaires d’apporter le chien au vétérinaire. Lorsqu’il fut possible de sortir du village, il était déjà trop tard.

Ce genre d’histoire a beaucoup moins de risques de se reproduire, depuis l’ouverture de la clinique. Les animaux peuvent obtenir des soins d’urgence ou des traitements à long terme plus facilement.

Un avenir encourageant

La réponse des propriétaires d’animaux est bonne, selon la technicienne en santé animal. La clientèle a augmenté depuis l’ouverture et elle assure ne pas manquer pas de travail.

La situation est stable pour l’instant, mais si la demande augmente. Mme Landry croit qu’un agrandissement de la clinique sera envisageable.

Partager cet article