Le CISSS Côte-Nord recherche des candidats pour dépister le cancer du poumon

Par Emy-Jane Déry 4:20 PM - 01 juin 2021
Temps de lecture :

L’appareil de tomodensitométrie utilisé est constitué d’un cylindre peu profond, dans lequel on fait glisser le patient allongé sur une table. Photo Québec.ca

Le CISSS de la Côte-Nord prend part à un projet pilote visant à dépister le cancer du poumon chez des gens présentant un risque élevé d’en développer un.

Huit établissements de santé à travers la province participent au projet.

À partir du 1er juin, il sera possible pour les personnes présentant « un risque élevé » de développer un cancer du poumon d’obtenir un ensemble de services à Baie-Comeau ou Sept-Îles pour dépister la maladie.

Le dépistage se fera par la tomodensitométrie axiale à faible dose. Plus simplement, c’est « un scan », une technique d’imagerie permettant de déceler des anomalies.

On souhaite dépister chez des personnes semblant en bonne santé, avant qu’elles ne présentent des symptômes de la maladie. En détectant le cancer à un stade peu avancé, les chances de possibilités de guérison sont augmentées, indique le CISSS.

Les personnes recherchées pour participer au projet de démonstration doivent avoir entre 55 et 74 ans et fumer depuis au moins 20 ans.

Les personnes qui ont fumé pendant au moins 20 ans, de manière discontinue ou non, et qui ont arrêté depuis moins de 15 ans sont également éligibles.

Un taux de cancer élevé dans la région

Le taux d’incidence du cancer du poumon pour 100 000 personnes est autour de 163 à Sept-Îles et de 132 pour la Côte-Nord, selon les données les plus récentes publiées par le CISSS. En province, on parle plutôt de 98 pour 100 000.

Ces données élevées n’ont toutefois pas de lien avec la participation du CISSS Côte-Nord au projet. On veut ainsi plutôt prendre en considération la réalité d’une région avec des territoires éloignés et isolés.

Les résultats du dépistage des 3 000 premières personnes à participer permettront de prendre des décisions sur la poursuite du projet.

« Le projet sera évalué afin d’en faire éventuellement un programme de dépistage officiel et il était important de prendre compte de la réalité d’une région comme la Côte-Nord », a indiqué Pascal Paradis, conseiller en communication au CISSS de la Côte-Nord.

Les gens répondant aux critères d’admissibilité doivent en parler à leur médecin ou infirmière praticienne spécialisée pour être référés au programme. Ils peuvent aussi contacter directement le centre de coordination.

Partager cet article