La distillerie Puyjalon lance deux nouveaux produits

Par Vincent Rioux-Berrouard - Initiative de journalisme local 7:30 AM - 08 avril 2021
Temps de lecture :

Photo : Mario Noël

La distillerie Puyjalon d’Havre-Saint-Pierre a récemment mis sur le marché deux nouveaux produits, soit le gin Betchwan Réserve d’Henry et le Rubis nordique.

Mario Noël, copropriétaire de la distillerie, explique que le Rubis nordique est composé d’une base d’alcool, qui est le gin Betchwan, à laquelle on ajoute un sirop d’airelles et une infusion de myrique baumier pour donner un peu plus de goût. Le produit contient 23% d’alcool.

Composante importante de cette boisson, l’airelle est un petit fruit nordique qui pousse notamment en Minganie et en Basse-Côte-Nord. Selon M. Noël, le Rubis nordique peut se déguster autant seul sur glace que dans un cocktail.

L’autre nouveau produit est le gin Betchwan Réserve d’Henry. Il s’agit d’un gin vieilli dans des barils de bourbon provenant du Kentucky. « Le bois des barils vient donner une nouvelle texture et de nouveaux arômes», affirme M. Noël. On retrouve dans ce gin des saveurs plus vanillées et boisées.

Le temps de vieillissement de ce gin n’a pas encore été fixé explique Mario Noël. Le premier lot a eu 6 mois en baril tandis que le deuxième lot y a passé 9 mois. Pour ce qui est du nom, Réserve d’Henry, celui-ci s’inspire d’Henry de Puyjalon.

Pour l’instant, les deux nouveaux produits sont offerts en quantité limitée. La distillerie Puyjalon va évaluer la demande du marché pour les deux nouvelles boissons et déterminer s’il y a un intérêt à produire en grande quantité. M. Noël ajoute que pour un produit comme le Rubis nordique, il faut aussi s’assurer d’avoir un approvisionnement suffisant en airelles pour en produire.

Entre-temps, la distillerie travaille notamment à la production d’un whisky. Ce type d’alcool demande un vieillissement minimum de trois ans.

Mario Noël conclut en affirmant que bien que la pandémie ait eu un impact sur la mise en marché des produits notamment, la distillerie Puyjalon veut continuer de se développer.

Partager cet article