Trois prix touristiques : c’est encore l’euphorie au Centre des oiseaux de proie de Godbout

Par Charlotte Paquet 6:00 AM - 07 avril 2021
Temps de lecture :

Noémie Roy pose en compagnie d’un Grand-duc d’Amérique. Photo Réjean Biron

Quelques jours ont passé depuis le Gala du mérite touristique de Tourisme Côte-Nord, tenu le 1er avril, mais c’est encore la surprise et l’euphorie totale pour Noémie Roy, directrice du Centre d’interprétation des oiseaux de proie de Godbout, lauréat de trois prix et non les moindres.

Prix Coup de coeur du public, Coup de cœur du jury et Attraction touristique – petite entreprise, voilà les trois distinctions remportées par l’organisme à but non lucratif qui amorcera sa troisième saison d’ouverture au public le 19 juin, au 226, rue Pascal-Comeau.

« On s’en doutait tellement pas. Ça nous a vraiment scié les jambes en deux », raconte la technicienne en bioécologie d’une voix fébrile et joyeuse à la fois. Noémie Roy a été d’autant plus surprise que son centre d’interprétation se trouvait en nomination aux côtés « d’entreprises de haut calibre » alors que son aménagement n’est même pas complété.

« On est encore en construction », indique-t-elle, en faisant notamment référence au kiosque d’accueil qui n’est pas prêt. « Pour que notre public soit tombé en amour avec nous, c’est une belle reconnaissance. »

Unique au Québec

Le Centre d’interprétation des oiseaux de proie de Godbout est unique au Québec, en ce sens qu’il est le seul centre satellite de l’Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie (UQROP), dont les installations se trouvent à Saint-Hyacinthe. Mme Roy y a travaillé avant de déménager à Godbout, le village natal de son conjoint.

Devenue Nord-Côtière d’adoption, la technicienne en bioécologie n’a pas perdu sa passion pour les oiseaux de proie et la création d’un centre satellite s’est imposée.

Sa mission est de recueillir des oiseaux de proie blessés ou malades afin de leur donner une deuxième chance, plutôt que de les euthanasier, explique Noémie Roy. La majorité des volatiles accueillis à Godbout, comme à Saint-Hyacinthe, ont été victimes de collisions avec des véhicules.

Actuellement, l’organisme héberge 16 oiseaux issus de 11 espèces, notamment des Harfangs de neige et des Chouettes rayées. Deux petits nouveaux s’ajouteront d’ici la fin avril. Il s’agit d’un couple de Faucons pèlerins.

Le centre possède aussi des couples de parents adoptifs qui peuvent s’occuper des orphelins au besoin, comme s’ils étaient leurs propres petits.

Prochaine saison

En prévision de sa saison d’activités 2021 qui s’ouvrira le 19 juin, le Centre d’interprétation des oiseaux de proie de Godbout espère obtenir le soutien financier du programme Emplois d’été Canada pour l’embauche de trois étudiants.

Aussi, cette année, l’organisme sera visible le long de la route 138 et sur le territoire de Godbout grâce à cinq panneaux d’identification touristiques.

Partager cet article