La Société historique Mécatina veut redonner son lustre à l’église de l’Île Providence

Par Vincent Rioux-Berrouard - Initiative de journalisme local 3:00 PM - 25 mars 2021
Temps de lecture :

(Photo : courtoisie)

La Société historique Mécatina s’est dotée d’un nouveau conseil d’administration et celui-ci compte bien agir pour protéger et conserver la chapelle Sainte-Anne-de-l’Île-Providence à Tête-à-la-Baleine.

Le bâtiment qui appartient au diocèse de Baie-Comeau se trouve présentement dans un certain état de délabrement ayant même perdu une partie de son clocher. Le nouveau comité aura donc comme tâche de le remettre en état.

Les nouveaux membres du comité proviennent d’horizons différents autant générationnels que par leurs expertises, mais ils se disent tous attachés à protéger le patrimoine de Tête-à-la-Baleine.

On retrouve dans le conseil d’administration Gisèle Monger (présidente), Sylvie Pinette (vice-présidente, Francine Nadeau (trésorière) et Lisette Monger (secrétaire). Robert Nadeau, Julie Monger, Tanya Monger, Sheena Nadeau et James Monger occupent tous un poste de conseiller au sein du C.A.

Ces personnes représentent trois générations provenant de secteurs variés tels que l’éducation, la santé, la pêche, les finances et bien d’autres.

Chapelle de l’île Providence. Image d’archive

Par voie de communiqué, les membres du nouveau conseil d’administration indiquent être attachés à l’église de l’Île Providence : « Notre sentiment d’appartenance est très fort. Notre implication est une affaire de cœur. Ce patrimoine est une part de notre identité, il fait partie intégrante de notre vécu et de nos racines. Nous sommes fiers de pouvoir contribuer à le garder vivant. »

Le nouveau comité a tenu à souligner le travail de Dan Mauger, Richmond Monger, Gilles Monger, Ghislaine Nadeau et Micheline Nadeau qui ont œuvré pendant plus de 40 ans au sein de la Société historique Mécatina.

Du pain sur la planche

Selon la présidente Gisèle Monger, le nouveau C.A. veut être dans l’action. Elle affirme qu’il y a des travaux urgents à effectuer sur le bâtiment notamment pour empêcher l’infiltration d’eau et réparer les fenêtres brisées.
L’église de l’Île Providence est un bien classé immeuble patrimonial par le ministère de la Culture et des Communications du Québec. Cela fait que toutes réparations qui seront effectuées doit être approuvées et autorisées par le ministère.

Mme Monger explique que la Société historique Mécatina est déjà en contact avec le ministère pour connaître les façons de faire pour qu’un projet qui permettra de conserver l’église puisse aller de l’avant.

Le comité en est également à étudier qu’elle sera la vocation du bâtiment dans le futur. Gisèle Monger explique qu’il faut s’assurer que l’église continue de jouer un rôle important dans la communauté parce que c’est un édifice qui est cher au cœur des résidents de Tête-à-la-Baleine.

Le nouveau C.A. assure qu’il travaillera en collaboration avec la communauté de Tête-à-la-Baleine dans un souci de transparence.

Partager cet article