La COVID-19 incite Jon Goyens à démissionner de son poste d’entraîneur-chef du Drakkar de Baie-Comeau

Par Steeve Paradis 6:06 PM - 28 août 2020
Temps de lecture :

Jon Goyens a remis sa démission à titre d’entraîneur-chef du Drakkar moins de 48 heures avant le début du camp d’entraînement de l’équipe.

Après seulement une saison, écourtée, en poste, Jon Goyens vient de remettre sa démission ce vendredi après-midi à titre d’entraîneur-chef du Drakkar de Baie-Comeau. Le jeune père de famille de 42 ans, résident de la région montréalaise, a des craintes familiales avec la pandémie de COVID-19 qui lui font prendre cette décision.

Dans une déclaration, l’organisation du Drakkar a soutenu que « Jon a informé l’équipe de son désir de demeurer auprès de sa famille en ce temps de pandémie. L’organisation a donc accepté sa démission comprenant l’aspect familial derrière sa décision ».

Pour le directeur général de l’équipe, Pierre Rioux, ce coup de fil de Goyens a évidemment représenté « une déception et un choc ». Il n’était toutefois pas totalement surpris du geste.

« Je sentais depuis un certain temps Jon mal à l’aise par rapport à la situation de la COVID, avec sa belle-mère qui demeure à sa résidence », a fait valoir Rioux, qui est revenu à Baie-Comeau vendredi. « Mais ces dernières semaines, on avait seulement eu des discussions sur la préparation du camp d’entraînement. »

Ce camp d’entraînement, il débute d’ailleurs ce dimanche. La démission de Goyens survient à moins de 48 heures de cette ouverture. Jusqu’à nouvel ordre, les entraîneurs adjoints Jean-François Grégoire et Antoine Samuel prendront les commandes.

Car voilà, l’équipe devra retrancher des joueurs au terme de la première semaine d’activité. L’évaluation devra donc être faite dans les règles de l’art, même si l’important dossier du futur entraîneur-chef va planer dans les pensées de Rioux.

« On a des décisions à prendre dès la semaine prochaine en devant retrancher des joueurs. C’est ce qui importe à très court terme. En temps et lieu, on s’occupera de l’entraîneur-chef », de lancer le directeur général, conscient qu’il n’y a pas beaucoup de candidats sur le marché en cette période de l’année.

« C’est décevant, mais l’organisation va toujours appuyer une décision d’un de ses membres quand le côté humain est impliqué, d’ajouter Rioux. Personne n’a jamais douté de ses compétences et j’ai toujours apprécié travailler avec lui.»

Le dg mènera donc sa première embauche d’un entraîneur-chef, car, rappelons-le, ce n’est pas lui qui a embauché Jon Goyens en juin 2019, mais plutôt Steve Ahern, congédié quelques semaines plus tard par le précédent conseil d’administration de l’équipe.

Après 59 matchs à la barre du Drakkar, Jon Goyens a présenté une fiche de 21 victoires et 38 revers, dont 10 en prolongation ou en fusillade, au 8e rang de l’association Est de la LHJMQ.

Partager cet article