COVID-19 : un retour à la réalité en douceur et nécessaire pour les étudiants du Cégep

Par Sylvain Turcotte 4:00 PM - 07 avril 2020
Temps de lecture :

Les cours ont repris à la maison, en ligne, pour les étudiants du Cégep de Sept-Îles.

Depuis quelques jours, des étudiants du Cégep de Sept-Îles ont replongé leur tête dans leurs livres, pour d’autres ça viendra incessamment, le temps que les enseignants s’ajustent et puissent dispenser leurs cours en ligne, à distance, en cette période de pandémie à la COVID-19.

Ce retour à la réalité s’est fait tranquillement pour Geneviève Duclos, étudiante de dernière année en Langues, lettres et communication. « Ça s’est fait mollo, on révise le plan de cours et les enseignants prennent le pouls de notre opinion sur les études », a-t-elle soulignée. « On a confiance en eux. »

Geneviève Duclos et les étudiants du Cégep de Sept-Îles doivent faire preuve d’organisation et de motivation pour compléter leur session hivernale.

Selon elle, pour certains programmes, les cours à distance se dérouleront aisément. Pour des cours plus techniques, ça demandera plus d’ajustements. Pour Geneviève, ça se déroule via Zoom et la plateforme en place sur Omnivox.

Contre l’annulation

Geneviève Duclos est contre l’idée d’étudiants des cégeps et universités d’annuler la fin de session hivernale. « Trop facile. Il faut compléter nos cours. La plupart des notes, c’est après la semaine de relâche, ça serait un peu ridicule », avance celle qui est aussi présidente de l’Association générale étudiante du Cégep de Sept-Îles.

« Il faut compléter cinq à sept cours en ligne. Il faut en revenir à l’essentiel. Ça prend de l’organisation et de la motivation, mentionne-t-elle. C’est une grosse étape à surmonter. »

La jeune femme de 18 ans ne voit pas d’inconvénient avec la possible fin de session le 5 juin, sachant que personne n’a le plein contrôle sur la situation. «  On n’a pas le choix, on est tous dans le même bateau. Les enseignants s’engagent à nous donner les meilleurs outils, il y a une base des connaissances qui sont nécessaires. Les enseignants font leur possible pour qu’on continue notre parcours », a conclu celle qui lorgne le poste de responsable aux affaires internes à la Fédération étudiante collégiale du Québec, à Montréal, pour le mandat 2020-2021.

 

Partager cet article