ITUM achète la Pourvoirie Haute-Moisie

Par Mathieu Morasse 12:00 PM - 01 août 2019
Temps de lecture :

La rivière Moisie au niveau du chalet principal de la Pourvoirie Haute-Moisie s’écoule au cœur d’un paysage sauvage, reculé et escarpé propice au ressourcement.

Le conseil de bande de Uashat mak Mani-Utenam (ITUM) a acquis en juin la Pourvoirie Haute-Moisie. L’objectif est de transformer l’endroit en lieu de ressourcement pour les membres de la communauté.

La Pourvoirie Haute-Moisie est située une centaine de kilomètres au nord de Sept-Îles. Elle comprend 42 kilomètres de rivière. Les saumons s’y concentrent en bas de «l’échelle», un obstacle naturel, et les sportifs y pêchent avec remise à l’eau.

L’achat fait suite à l’entente de gestion de la rivière du 10 mai 2018 avec Québec et de l’acquisition de la Pourvoirie Moisie-Nipissis le 1er février dernier. ITUM avait indiqué son intérêt pour ces deux pourvoiries dès la signature de l’entente.

L’acquisition, qui serait d’environ 725 000 $, a été financée en partie par les 425 000 $ restants de l’enveloppe de 1,5 M$ octroyée par Québec dans l’entente. La balance a été défrayée par ITUM.

Denis Colbert, président de la pourvoirie, confirme que la transaction notarié a été signée, quoique certaines formalités demeurent à compléter.

«On va aller les initier aux lieux prochainement pour qu’ils puissent l’opérer.»

Ressourcement

Le conseil de bande veut faire de ce lieu sauvage un endroit axé sur le domaine social où ses membres pourront aller se ressourcer.

Le biologiste d’ITUM André Michel le décrit comme un endroit reculé et escarpé. «C’est comme un sanctuaire de saumon, la fin de son parcours», image-t-il.

En campagne électorale, le chef réélu Mike Mckenzie avait indiqué vouloir y ressourcer les jeunes.

«Aussitôt qu’on va l’acquérir, on va changer un peu la mission des pourvoiries [Moisie-Nipissis et Haute-Moisie] qui nous reflètent. On peut peut-être aller ressourcer des jeunes, et même des femmes et des adultes», avait indiqué le chef Mike Mckenzie le 5 juin lors de la campagne électorale.

Des activités de pêche pourraient également y être maintenues.

Partager cet article