Trois entreprises du domaine alimentaire reçoivent plus d’un demi-million de dollars

Par Mathieu Morasse 8:27 PM - 28 juin 2019
Temps de lecture :

Le maire Réjean Porlier se réjouit des annonces faites par Ottawa pour aider des projets de diversification économique comme la transformation du bleuet sauvage à des fins pharmaceutiques.

Développement économique Canada a annoncé le 28 juin trois subventions totalisant 560 735$ au Groupe UMEK, à Phytimpact et à la Table bioalimentaire de la Côte-Nord.

L’annonce a été faite par le député Rémi Massé, secrétaire parlementaire du ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeed Bains.

La part du lion va au Groupe UMEK, lequel se spécialise dans la transformation du crabe des neiges. La somme de 373 164$ lui permettra d’acquérir de l’équipement de production automatisée pour la transformation des fruits de mer.
«Avec ces nouveaux investissements, l’usine augmente son rendement, son efficacité, la qualité de ses produits et les conditions de travail de ses employés», a souligné la directrice générale du Groupe UMEK, Carole Pinette.

L’usine de transformation située à Sept-Îles emploie une soixante d’employés en haute saison.

Petit fruit, gros potentiel

L’entreprise de biotechnologie Phytimpact a reçu un montant de 99 999$ pour réaliser la phase finale de précommercialisation de bioproduits composés d’ingrédients issus des petits fruits nordiques, en particulier du bleuet sauvage.

Laurent Morin, PDG de Phytimpact, indique que l’entreprise a notamment déposé des demandes de brevet pour deux produits. L’un d’eux est un probiotique riche en antioxydants. «On va lancer ce produit-là à l’exposition d’Anaheim, en Californie, en mars 2020. Ça va être très prometteur», a-t-il dévoilé.

«Je suis convaincu que votre produit pourrait être fort intéressant sur les marchés internationaux. C’est grâce à ce type d’entente là qu’on est en mesure aussi de diversifier nos marchés», a encouragé Rémi Massé.

L’autre produit servira dans la gestion de la glycémie.

Image de marque

Enfin, la Table bioalimentaire de la Côte-Nord (TBCN) a reçu un montant de 87 572$ pour élaborer et mettre en œuvre sa stratégie de commercialisation visant à promouvoir la filière agroalimentaire de la région.

La Table, qui regroupe plus d’une centaine d’entreprises, a d’ailleurs dévoilé le 20 juin sa nouvelle image de marque «Le goût de la Côte-Nord» permettant d’authentifier les produits agroalimentaires de la Côte-Nord.

«Si la région veut être attirante, il faut développer l’offre gourmande. Il faut faire la promotion des produits de la région et du tourisme gourmand», a affirmé Marc Normand, directeur général de l’organisme.

Partager cet article