Le Relais pour la vie déménage au Vieux-Quai

Par Mathieu Morasse 12:00 AM - 14 janvier 2019
Temps de lecture :

Le départ du Relais pour la Vie à Sept-Îles et dans la Minganie 2018 au stade du Cégep de Sept-Îles.

Le Relais pour la vie de Sept-Îles et dans la Minganie déménagera au Vieux-Quai le 14 juin prochain. Le comité organisateur souhaite y animer la soirée et la nuit afin d’encourager les marcheurs nocturnes.

Le comité fait ainsi suite aux commentaires disant qu’il est difficile de traverser toute la nuit. Dans le but d’amasser la somme de 160 000$, le comité installera des jeux gonflables en soirée. Il fera aussi tirer des prix de présence et fera des jeux pendant la nuit.

«On veut essayer d’animer la nuit pour avoir du plaisir à marcher, que ce soit moins long. On était dus pour du nouveau», annonce Marlyne Lebrun, coprésidente de l’événement.

«On laisse le relais la nuit, car la symbolique de la nuit, c’est que le cancer ne dort jamais. C’est aussi par solidarité avec les malades qui ont peur de s’endormir et de ne plus se réveiller», justifie-t-elle.

Le déménagement au Vieux-Quai, près de la tente jaune, devrait permettre de mettre de la musique plus longtemps en soirée et dans la nuit comparativement à la piste d’athlétisme du Cégep où se sont déroulées les dernières éditions.

Côté météo, Mme Lebrun ne croit pas que le froid du bord de l’eau refroidira les ardeurs des participants.

«On est des gens de la Côte-Nord. On sait c’est quoi des soirées fraîches», philosophe-t-elle.

Inscriptions ouvertes

La présidente d’honneur sera Dre Annie Lebel, de la Clinique médicale des Vents et Marées.

«Elle est très impliquée avec ses patients, elle est très dévouée. Elle a fait tous les Relais pour la vie, c’est une cause qui lui tient à cœur», louange Marlyne Lebrun.

Les organisateurs se sont fixé un objectif de 160 000$, soit 10 000 $ de plus que la récolte de 2018. Les inscriptions sont déjà ouvertes sur le site web du Relais pour la vie.

«Il n’y a pas de montant minimum pour se faire une équipe. L’important, c’est de participer», rappelle-t-elle.

Partager cet article