Procès de Charlie Grégoire-Labbé : tout n’a duré que quelques secondes

Par Mathieu Morasse 12:00 AM - 24 novembre 2018
Temps de lecture :

Charlie Grégoire-Labbé

La bagarre entre Charlie Grégoire-Labbé et la victime André Beaulieu n’a duré que six secondes. Voici le récit des événements ayant mené au procès pour homicide involontaire.

Les faits remontent à la nuit du 20 au 21 avril 2016 alors que l’accusé fêtait son 23e anniversaire en compagnie de deux amis. Ils se sont rendus au Pub Le Tonneau peu après 1h30.

Les seize caméras de surveillance de l’établissement permettent de reconstituer le fil des événements.

Eric Shekanapsih, un des amis de l’accusé, est visiblement en état d’ébriété avancée. Il danse et importune des clients du bar, sans toutefois sembler agressif.

Le Pub Le Tonneau.

Nathalie Deroy, une cliente sur place, réagit vivement à ses agissements. Elle le pousse à trois reprises, le faisant tomber à travers des tables et des chaises, jusque sur les machines de vidéo poker.

Deux minutes plus tard, elle enlève une de ses chaussures et le frappe au visage. L’homme n’a aucun réflexe défensif.

Une minute plus tard, Eric Shekanapish et Nathalie Deroy se font face à quelques pieds de distance. Les vidéos ne permettent pas de déterminer s’ils échangent des paroles.

Toujours est-il que Charlie Grégoire-Labbé quitte sa machine à vidéo poker pour aller discuter vivement avec Nathalie Deroy. Il dit avoir voulu s’interposer entre elle et son ami.

Une vingtaine de secondes plus tard, la dame pousse l’accusé, qui la pousse à son tour. Elle perd l’équilibre et se rattrape sur une table derrière elle.

La bagarre éclate

André Beaulieu et d’autres clients du bar s’approchent alors de l’échauffourrée. Il s’interpose au milieu de la mêlée.

Charlie Grégoire-Labbé recule et lui fait signe d’approcher, sans résultat.

L’accusé fait alors un pas vers l’avant. La victime réagit en lui mettant la main ou le poing près du visage.

L’accusé le frappe au visage, tandis que la victime tente de le saisir au corps-à-corps.

Au total, Charlie Grégoire-Labbé lance quatre à six coups de poing, dont au moins trois qui touchent la cible.

L’un des coups met André Beaulieu K.O. Il s’effondre et sa tête heurte violemment le repose-pieds d’un tabouret.

À peine dix secondes se sont écoulées entre le moment où Charlie Grégoire-Labbé et Nathalie Deroy se sont poussés et le début de la bagarre. La bagarre elle-même n’a duré que six secondes.

Crâne fragile

André Beaulieu est décédé le 7 mai, soit seize jours plus tard.

La pathologiste judiciaire a témoigné que l’arrière de son crâne, particulièrement mince, a été fracturé. Sa mâchoire inférieure aussi.

Son cerveau montrait des signes de contusions et d’hémorragies.

Elle conclut que sa mort a été causée par les complications suite aux traumatismes crâniens subis la nuit du drame.

L’analyse toxicologique a démontré que la victime avait consommé de la cocaïne dans les 24 heures précédant les événements. Il avait aussi bu de l’alcool.

L’accusé a pour sa part admis avoir bu plusieurs consommations alcoolisées avant d’aller au Pub Le Tonneau.

Partager cet article