L’ex-candidat Jacques Gélineau fustige Québec Solidaire

Par Jean-Christophe Beaulieu 12:00 AM - 20 août 2018
Temps de lecture :

Jacques Gélineau.

Candidat pour Québec Solidaire aux trois dernières élections provinciales et militant depuis plus de 10 ans, Jacques Gélineau désapprouve la nouvelle candidate choisie par le parti. Il dénonce ce qu’il considère comme une décision arbitraire venant de Montréal et déplore avoir été mis de côté.

Jacques Gélineau a été le candidat de Québec solidaire (QS) dans Duplessis de 2008 à 2014. En trois élections, il aura contribué à faire grimper le nombre de votes de près de 5% pour le parti social-progressiste.

«Je me présentais pour suggérer une plateforme économique alternative qui à mon avis est déficiente chez QS. Dans les régions, ça prend des candidats qui connaissent bien les milieux miniers, la foresterie et les pêcheries. J’ai donc dit au parti que j’étais prêt à me présenter une dernière fois pour faire avancer ça s’ils ne trouvaient pas de candidat valable», explique-t-il.

Un affront

Après toutes ses années d’implication, il fut toutefois extrêmement surpris de voir le parti décider «arbitrairement» celle qui représentera QS dans Duplessis pour les élections de cet automne. La candidate, travailleuse sociale de profession, a été choisie par les dirigeants de QS à Montréal, indique M. Gélineau. Il qualifie le choix de «terrible erreur» et déplore ne pas avoir été consulté.

«Pour quelqu’un qui a gardé le fort toutes ces années, c’est un affront. Ils n’ont même pas daigné m’appeler. Ils me tassent carrément. Bien c’est ça, restez entre vous et continuer à vous enfoncer dans vos résultats électoraux», lance-t-il, croyant que le parti est voué à disparaitre.

«J’ai vu la lettre d’intention de la dame et voilà donc une personne qui veut faire avancer le milieu social et la souveraineté, une candidate qui va parler de couverture d’assurance dentaire. Mais ce qu’on a besoin, c’est d’alternatives économiques nous autres!», ajoute Jacques Gélineau, furieux que QS n’ait pas pris ses arguments en compte.

Loin des réalités régionales

L’ancien candidat ne croit pas que Québec solidaire réussira à émerger dans l’électorat québécois. Le parti, surtout représentatif du Plateau Mont-Royal, a encore moins de chances d’y arriver dans les régions, selon lui.

«C’est un parti de rêveurs avec une plateforme qui n’est pas adaptée à la Côte-Nord. Par exemple, on retrouve dans leur plateforme la nationalisation des mines et industries forestières. J’ai essayé de leur expliquer que ce n’est pas ici qu’on dicte les règles pour ce type d’entreprise, c’est international. On a déjà essayé et on s’est planté», rappelle-t-il, en faisant référence à la tentative de René Lévesque avec Sidbec-Normines.

Selon lui, les gros enjeux de la prochaine élection auront trait à l’automatisation dans la grande industrie, aux besoins en énergie et aux impacts environnementaux des projets. Il voit ainsi mal la candidate choisie par QS parler d’hydrogène ou de l’industrie minière.

«Vous demanderez au parti de s’avancer sur Apuiat pour voir. Et la candidate, quand on la questionnera sur les mines, elle va se retrouver sur la planète Mars par rapport à l’électorat».

Une chose est sûre, c’en est terminé entre Jacques Gélineau et Québec solidaire. Il qualifie l’attitude du parti «d’irrespectueuse» envers un candidat qui a mis autant d’années dans la région pour eux.

«Je trouve ça dommage, beaucoup de travail avait été fait dans les dernières années pour donner au parti un visage plus régional que montréalais».

Québec solidaire défend sa candidate

 Québec solidaire réagit à la sortie de Jacques Gélineau, candidat et militant depuis 2008. Le parti est déçu d’apprendre la position de M. Gélineau et défend la nouvelle candidature.

C’est Martine Roux qui sera la nouvelle candidate de Québec solidaire (QS) dans Duplessis. Originaire de Montréal, elle est travailleuse sociale au Havre-Saint-Pierre.

Stéphanie Guévremont, responsable des relations publiques pour le parti, défend la candidate.

«Mme Roux nous a approchés et nous a démontré hors de tout doute qu’elle est une candidate exceptionnelle. Elle connait bien la circonscription et y habite depuis 11 ans. Le parti a donc contacté les bénévoles et la très grande majorité était en accord avec sa nomination. M. Gélineau est la seule personne qui a voté contre. C’est malheureux, on espère qu’il va continuer de travailler avec nous. On est content qu’il ait contribué autant d’années à QS», soutient-elle.

QS n’ayant pas d’association de comté dans Duplessis, c’est donc le comité de coordination à Montréal qui étudie les candidatures et les choisit en collaboration avec les bénévoles.

Quant aux connaissances du milieu par la candidate et à l’affirmation voulant que le parti s’éloigne des régions, Mme Guévremont s’étonne.

«Je suis très impressionnée par la connaissance du terrain par Mme Roux. On n’a pas nécessairement besoin d’un économiste pour saisir la réalité d’une circonscription. Et il y a un côté social a tout, si les mines ne vont pas bien, on se retrouve avec une situation moindre quant à la qualité de vie des gens. Et je vous rappelle qu’on n’est pas un parti de Montréalais, 60% de nos membres sont hors de la région de Montréal.»

La responsable des relations publiques du parti dit tout de même souhaiter que Jacques Gélineau poursuive son engagement envers eux et se défend de l’avoir mis de côté.

«On est déçu d’apprendre ce qu’il affirme, mais on a toujours travaillé de près avec lui et les bénévoles», affirme-t-elle.

 

 

Partager cet article