Un culturiste de Sept-Îles passe chez les pros

Par Sylvain Turcotte 12:00 AM - 17 juin 2018
Temps de lecture :
Pierre Guionie

Pierre Guionie, maintenant professionnel dans la IFBB, se dirige tranquillement vers les Championnats du monde professionnels de culturisme.

Le Septilien Pierre Guionie a finalement réussi à remporter sa carte pro au sein de la fédération la plus reconnue dans le culturisme, la Fédération Internationale de Bodybuilding et Fitness (IFBB). Sa carrière est promise à faire un bond phénoménal.

Pierre Guionie s’entraîne depuis 20 ans et concourt depuis 2006 en culturisme. Il a déjà été champion de France et a monté sur le podium à trois reprises aux Championnats du monde. Le 20 mai dernier, il participait aux IFBB Elite Pro Qualifier à Montréal. Gagnant parmi les gagnants, il a reçu sa carte lui permettant d’obtenir le statut professionnel dans la plus prestigieuse fédération de culturisme.

«C’est comme si j’avais participé à une compétition amateur de golf et en la gagnant, cela m’avait permis d’entrer dans la PGA. Tout ce que je vais faire dans la IFBB sera toujours plus reconnu que ce que j’ai fait jusqu’à présent. D’une fédération à l’autre, l’entraînement et la rigueur sont les mêmes, mais c’est la reconnaissance au niveau international qui change», affirme M. Guionie, le premier Canadien à passer pro dans sa catégorie.

Championnat du monde à Cancún

La prochaine étape pour le culturiste est à Montréal le 15 juillet prochain où se dérouleront des qualificatifs importants. S’il réussit à se classer, il pourra se rendre à Cancún pour participer aux Championnats du monde professionnels.

Pierre Guionie explique de quoi peut avoir l’air une telle compétition de culturisme.

«C’est vraiment l’esthétisme qui compte. Ça demande beaucoup d’entraînement physique, mais il n’y a pas d’épreuves de force lors d’une compétition. On est jugé sur la quantité de gras, la définition musculaire et la symétrie. Ce n’est donc pas nécessairement le plus gros qui gagnera, mais le plus équilibré», assure-t-il. Mais l’entraîement physique n’est qu’un aspect à prendre en compte. Dans les quelques semaines qui précèdent une compétition, tout se joue dans l’alimentation.

«On peut très bien s’entraîner, assidument et avec discipline, mais si on ne gère pas bien l’alimentation, on rate assurément la compétition. Je suis chanceux parce que ma conjointe partage la même passion que moi, ça facilite grandement les choses.»

En ayant maintenant son statut «professionnel», l’objectif de Pierre Guionie sera de trouver des commanditaires.

«Je ne suis pas devenu professionnel en hockey ou en basket, j’ai donc besoin de commanditaires pour m’aider à payer certains frais. Les compétitions professionnelles sont à l’international, les coûts de déplacements seront donc plus considérables pour moi désormais», mentionne-t-il.

Partager cet article