Création d’une aile autochtone à la Chambre de commerce de Sept-Îles

Par Jean-Christophe Beaulieu 12:00 AM - 16 janvier 2018
Temps de lecture :
chef

La Chambre de commerce de Sept-Îles créera une aile autochtone au sein de son organisation.

Le conseiller Dave Vollant est responsable de ce dossier chez ITUM. Conjointement avec la Société de développement économique de Uashat mak Mani-Utenam (SDEUM), il agit comme leader pour l’avancement du projet. Joint à ce propos, il a confié qu’il n’y avait pas encore de grands axes définis et qu’il y avait encore d’autres discussions à venir avant que le projet puisse voir le jour.

«C’est en 2018 que l’on va tout mettre en œuvre, mais je peux dire que j’aimerais bien revoir la mission, la vision de la Chambre. On parle beaucoup de Sept-Îles, mais on doit aller au-delà, pour qu’on se sente interpellé nous aussi par la Chambre. C’est ensemble qu’on va développer et renforcer nos liens tant au niveau économique que social» a-t-il suggéré.

En tant que porteur du développement économique pour le conseil de bande, M. Vollant aimerait mener ce dossier-là jusqu’au bout.

«Je suis vraiment fébrile et aussi bien heureux de l’appui de la SDEUM. C’est mon initiative, mais j’aime travailler en équipe. La Chambre de commerce a beaucoup à amener comme expertise et nous, comme porteur de la culture, on a beaucoup à apporter aussi», a-t-il soutenu.

Collaborer pour avancer

«Mon rêve, ça serait que ça devienne la Chambre de commerce de Sept-Îles Uashat mak Mani-Utenam. Le tout pourrait aussi être élargi à quelque chose d’un peu plus social, étant donné que nous avons pas mal d’OBNL dans la communauté», a dit M. Vollant.

Le but premier de l’aile autochtone, rappelle Dave Vollant, est d’interpeller les entrepreneurs de la communauté, «de briser le travail en silo et travailler ensemble, c’est ce qu’on veut et on est heureux de voir que c’est ce que le maire veut aussi.»

La Chambre de commerce de Sept-Îles convie d’ailleurs ses membres au Musée Shaputuan, le 17 janvier, pour une annonce concernant précisément ce dossier. Sous la forme d’un 5 à 7 appelé Mamu nikan, Ensemble plus loin, on y officialisera le maillage entre organisations autochtones et allochtones. Paul Lavoie, directeur de la Chambre, souligne que l’aile autochtone pourrait ressembler un peu à la section jeunesse de l’organisme, la Jeune chambre de commerce de Sept-Îles. Il dit vouloir, par cette initiative, unifier les acteurs économiques de tout le territoire. «2018 va être l’année du rassemblement», a-t-il dit.

Par ailleurs, avant les Fêtes, la conseillère Louisette Doiron-Catto avait évoqué en séance du conseil municipal à quel point cela pourrait être bénéfique de convier la communauté de Uashat mak Mani-Utenam à joindre les institutions septiliennes.

Elle s’était dite emballée du développement de ce dossier. «Je trouve ça génial. L’important c’est que ça bouge et qu’il se passe quelque chose. De toute façon, on ne passera pas à côté, alors soyons des alliés» avait-elle mentionné. Elle avait salué l’initiative de la Chambre de commerce.

Partager cet article