Une pétition pour consigner les bouteilles de vin et de spiritueux

Par Frédérick Jolicoeur Tétreault 12:00 AM - 09 Décembre 2017
Temps de lecture :
SAQ

Les représentants de trois organisations syndicales demanderont, aujourd’hui (9 décembre), aux clients de la Société des alcools du Québec (SAQ) de «signer pour la consigne» dans le cade la campagne Verre : la fin du gaspillage qui vise à instaurer une consigne sur les bouteilles de vin et de spiritueux.

L’opération se déroule de 10h à 14h devant la SAQ du boulevard Laure de Sept-Îles. Elle aura également lieu dans une vingtaine de succursales à travers le Québec. L’événement, orchestré par la Confédération des syndicats nationaux (CSN), le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-Québec FTQ) et le Syndicat des Métallos (FTQ), s’inscrit dans le cadre de la campagne Verre : la fin du gaspillage et souhaite instaurer une consigne sur les bouteilles de vin et de spiritueux vendues par la SAQ.

Pour l’heure, seulement 14% du verre placé dans les bacs ou les sacs de recyclage par les citoyens serait bel et bien recyclé. «Les taux de recyclage sont gênants. Des travailleuses et travailleurs sont blessés dans les centres de tri en manipulant du verre cassé, dont le contenu vient souvent souiller les autres matières. La consigne fonctionne très bien sur les bouteilles de bière classiques, avec un taux de recyclage et de récupération qui frise les 100%. Il y a de quoi s’en inspirer afin de créer des emplois pour un réel recyclage du verre», croit le président de la CSN, Jacques Létourneau.

Réduction des GES

Selon le regroupement syndical, une consigne sur les bouteilles de vin et de spiritueux permettrait de récolter le verre séparément et de le traiter plus facilement pour qu’il puisse entrer à nouveau dans la composition de verre. «Actuellement, l’usine québécoise qui fabrique des contenants en verre doit importer de l’étranger du verre broyé à grands frais. Pourtant, avec une consigne, elle pourrait s’approvisionner à même le verre recyclé au Québec, et augmenter la proportion de verre dans ses recettes et ainsi réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) produites lors de la fabrication», illustre l’adjoint au directeur québécois des Métallos, Dominic Lemieux.

25¢ par bouteille

Plus précisément, la campagne Verre : la fin du gaspillage propose d’instaurer une consigne de 25¢ sur chaque bouteille vendue par la SAQ, qui pourrait même être remboursée sur la carte de fidélité de la société d’État, la carte Inspire, lors du retour des bouteilles.

«La société d’État doit être un citoyen corporatif exemplaire. Elle doit prendre ses responsabilités. Nous sommes une des seules provinces au pays à ne pas avoir de consigne sur les bouteilles de vin et de spiritueux et on voit où ça nous a menés, avec des taux faméliques de recyclage et de récupération. Une consigne, c’est bon pour l’environnement, c’est bon pour l’économie du Québec et c’est bon pour l’emploi», indique le président du SCFP-Québec, Denis Bolduc.

Partager cet article