Les candidats à la mairie de Sept-Îles répondent à vos questions

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 31 octobre 2017
Temps de lecture :
À l'extérieur, les candidats Réjean Porlier et Russel Tremblay se sont dit confiants que l'engouement créé par leur course pourra faire sortir le vote.

Les candidats à la mairie de Sept-Îles ont accepté de se prêter au jeu en répondant à cinq questions soumises par nos lecteurs via la page Facebook du Nord-Côtier. Voici les questions retranscrites telles quelles, de même que les réponses de chacun des candidats.

 

 

 

 

1. Quel seront les actions à prioriser dans les six premiers mois de mandat pour mobiliser les acteurs économiques incluant les entrepreneurs eux-mêmes pour relancer l’économie?(SIC) – Patrice Arsenault

 

Réjean Porlier : Maintenant que la Pointe-Noire n’est plus un obstacle à notre développement, il faut maintenir un lien étroit avec la Société ferroviaire et portuaire de la Pointe Noire pour nous assurer que ces nouveaux actifs que sont les terrains et les infrastructures, servent à un maximum d’utilisateurs. On sait que Champion travaille au redémarrage du Lac Bloom au point où elle procède présentement à de l’embauche. La compagnie Tacora après avoir fait l’acquisition de la mine Scully, pense aussi à un redémarrage le plus tôt possible. Il y a donc de l’activité au niveau minier. Parallèlement, il est peut-être temps de changer notre approche au niveau de la diversification et commencer à faire tomber les obstacles, plutôt que simplement parler de nos atouts. Je souhaite l’instauration d’un espace entrepreneurial propice au démarrage de nouvelles entreprises. L’attraction et la rétention de travailleurs devraient être une priorité. Les petits commerces souffrent énormément du manque de main-d’œuvre, lequel est étroitement lié au dossier du logement à prix abordable.

 

Russel Tremblay : Il faut donner un signal clair à la population, aux PME, aux grandes entreprises et aux investisseurs que Sept-Îles veut se développer et que c’est sa priorité. Cela passe par une collaboration avec le Port de Sept-Îles, les corporations économiques, la Chambre de commerce, les grandes entreprises, Mine Arnaud et avec le Gouvernement du Québec. Il faut également donner les moyens aux PME de profiter de la relance. Je suggère la mise en place d’un fonds d’urgence de 25 millions de dollars, financé par le gouvernement provincial, afin d’aider les PME qui ont gravement souffert de la crise des 3-4 dernières années et qui n’ont plus de liquidités. Attention, il ne s’agit pas de subventions, mais de prêts entre le moment où la PME obtient un contrat et le moment où elle est payée par la grande entreprise, et ce pour lui permettre de payer ses employés et exécuter leur contrat.

 

2.  On va tu finir par clôturer un endroit avec deux-trois poubelles pour laisser nos chiens être des chiens?(SIC) – Mireille Vigneault 

 

R.P : Nous utilisons présentement une rue bloquée aux deux extrémités comme parc à chiens. Ce n’est pas l’idéal, j’en conviens. Les installations permanentes seront érigées sur les nouveaux terrains de la SPCA dans les meilleurs délais.

 

R.T : Oui. C’est une mesure à peu de frais et qui cadre parfaitement avec notre réalité où nous avons beaucoup plus d’animaux de compagnie per capita que d’autres municipalités au Québec.

 

3. Moi ma questions cest au niveau du deneigement compter vous encore couper le service de camion et remplir nos terrains de facon a ce que sortir de nos entrees deviennent un danger pour les automobilistes ainsi que de creer d’autres quartier ecologiques qui accroit le risque d’accident la ou beaucoup d’enfants marchent du à l’absence quaisi totale abrasif dans les rue. est ce que en tant que maire vous songer a reviser ces mesures prises dans la derniere année.?(SIC) – Francois Tremblay 

 

R.P : Important de signaler que cette décision n’est pas celle du Maire, mais du Conseil municipal. Toutes les décisions sont prises en fonction de la réalité économique du moment. Quels seront les obligations et les revenus lors du prochain budget, ce serait bien hasardeux de m’aventurer sur ce terrain. Dans les mêmes conditions que l’an passé, je serais très surpris que le Conseil fasse marche arrière, les sommes ainsi économisées permettent de maintenir des services à la communauté plus essentiels. Est-ce que les opérations peuvent être améliorées? Il n’y a rien d’immuable et sans doute certaines améliorations peuvent-elles être apportées. Les Villes qui ramassent la neige sont de plus en plus rares et la raison en est une de budget pour l’ensemble de celles-ci. Je sais que ce n’est pas la mesure la plus populaire, mais je me méfierais des promesses électorales sur le sujet, car la réalité nous rejoint tous tôt ou tard. Ceci dit, la question de la sécurité ne doit pas être négligée.

 

R.T : J’ai trouvé inacceptable la gestion du déneigement de l’an passé. Je suis pour une gestion responsable des finances publiques, mais il y a des limites à ne pas franchir. Nous avons des aberrations comme des panneaux d’arrêt les uns par-dessus les autres, des montagnes de plus de 14-16 pieds et des rues où les camions de pompier ne pouvaient aller. Combien auraient coûté les poursuites advenant un événement malheureux ? Lors d’un hiver « normal », certaines mesures auraient pu s’appliquer, mais une administration municipale ne peut pas prendre ce type de risque surtout lors d’un hiver où la neige est abondante.

 

4. Est-ce que l’achèvement du réseau routier canadien (la 138) est une priorité pour eux et, si c’est le cas, que comptent-ils faire de manière concrète en ce sens ? Merci ! (SIC)Dave Savard

 

R.P : Oui, l’achèvement de la 138 est une priorité. C’est moi qui avais convaincu mes collègues des autres villes de procéder à une étude économique des répercussions de cet achèvement. Il n’y a par contre pas de miracle et ce sont les pressions maintenues qui font en sorte que les tronçons se complètent les uns après les autres. Les prochaines élections provinciales représenteront une autre occasion d’attacher quelques promesses plus fermes en ce sens. Terre-Neuve est un partenaire dans ce dossier. Est-ce qu’une bonne rencontre entre Maires des deux provinces pourrait accélérer les engagements, c’est à évaluer. La collaboration avec les communautés innues n’est pas à négliger. Lors de nos rencontres entre Chefs et Maires, nous en avions fait une priorité. Il faut poursuivre en ce sens.

 

R.T : Le prolongement de la route 138 est une priorité. Au-delà de l’aspect humanitaire du désenclavement de la Basse-Côte-Nord, on parle ici de développement économique. Au début des années 2000, on estimait à plus de 600 000 Terre-Neuviens qui se rendaient en Ontario par le détour de la Nouvelle-Écosse. Sept-Îles deviendrait ainsi leur premier arrêt sur la Côte-Nord. Le maire de Sept-Îles doit être le porte-étendard du projet à titre de plus importante ville de la Côte-Nord et convaincre ses pairs de prioriser ce projet qui redynamisera la Côte-Nord lors de sa construction.

 

5. Est ce qu’on va avoir un club de la LHJMQ ? (SIC) – Francis Moreau

 

R.P : Ce dossier est revenu plusieurs fois sur la table au cours des dernières années et il y a plusieurs obstacles importants, m’a-t-on expliqué, à commencer par les coûts importants reliés au projet. Je ne suis pas convaincu que la Ville de Baie-Comeau n’afficherait pas une certaine hésitation si elle devait se lancer dans la même aventure en 2017. Une chose est sûre, tout ça devrait faire l’objet d’une large réflexion. Si un jour nous sommes interpellés par les acteurs du milieu, nous nous prêterons à cette évaluation; ce que je n’ai pas vraiment entendu au cours des 4 dernières années.

 

R.T : Des démarches avaient été entreprises il y a plusieurs années. Deux éléments sont fondamentaux pour ce dossier : 1- il faut avoir un aréna de plus de 3000 places et 2- il faut que le bureau des gouverneurs de la LHJMQ accepte notre candidature. Nous ne pouvons qu’agir sur le premier élément. Il faut renouveler notre aréna rapidement, mais est-il envisageable d’avoir un aréna de cette ampleur lorsque l’on sait que les besoins en infrastructures sportives sont criants ? Je ne crois donc pas qu’à court terme nous pourrons espérer avoir un club de hockey de la LHJMQ.

Partager cet article