TVA Est-du-Québec: Inquiétudes des syndiqués pour l’information régionale

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 30 mai 2017
Temps de lecture :

Les deux employés à temps plein de TVA Est-du-Québec affecté à Sept-Îles, le journaliste Alexandre Cantin et le réalisateur Sylvain Caron, entourés de membres du SCFP.

Sans contrat de travail depuis décembre 2015, la trentaine de syndiqués des stations de Rimouski, Baie-Comeau et Sept-Îles de TVA Est-du-Québec craignent pour «l’avenir de l’information locale».

Mardi, la trentaine d’employés touchés ont tenu des activités de sensibilisation près des stations télévisuelles. À Sept-Îles, où l’équipe est composée que d’un journaliste-vidéaste et d’un cinéaste-réalisateur à temps plein, les syndiqués se sont réunis sur l’heure du diner, appuyés d’autres membres issus du Syndicat canadien de la fonction publique, le même que ceux de TVA Est-du-Québec.

Le syndicat dit s’inquiéter de la couverture de l’actualité régionale. Au cours des derniers mois, un poste de journaliste et un autre de chroniqueur culturel ont été abolis, signale le syndicat.

Les syndiqués rappellent que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) impose «des conditions de licence de diffusion de cinq heures de programmation locale à ces stations, dont 2h30 par semaine de nouvelles offrant un reflet local».

Le Syndicat des employés de TVA, section locale 687, réclame ainsi le maintien «d’une information locale de qualité», affirmant qu’il s’agit «d’un service essentiel». Trois jours conciliation ont eu lieu en janvier sans qu’ils ne se traduisent par le dépôt d’une offre salariale, déplore le syndicat.

Partager cet article