Le Collectif Sept-Îles Agir-Avenir sensibilise le ministre Arcand

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 11 mai 2017
Temps de lecture :

Le Collectif Sept-Îles Agir-Avenir ressort «très, très satisfait» de sa rencontre avec le ministre responsable de la Côte-Nord, Pierre Arcand. Mercredi, des membres du collectif ont porté leur message dans la Capitale Nationale pour réitérer la mise en place de mesures d’urgence pour redresser la situation économique de la région, qui subit les contrecoups du ralentissement du fer.

«Le gouvernement est très sérieux par rapport aux demandes du collectif», a réagi le président de la Chambre de commerce de Sept-Îles, Steeve Chapados. Le regroupement réclame la création d’un fonds d’urgence de 25 millions $ pour aider la PME à résister à la baisse de la demande, mais aussi la mise sur pied d’un fonds de diversification économique.

Le collectif mire aussi que Québec accélère les investissements prévus dans les infrastructures publiques et qu’il mette la pédale au fond pour le démarrage du projet Mine Arnaud et celui de la relance de la mine du lac Bloom par Champion Iron. M. Chapados explique qu’un plan d’action pour chacune des mesures revendiquées a été remis au ministre Arcand.

«On laisse le ministre travailler maintenant. On était beaucoup plus en mode demande, à exposer l’état de la situation actuelle et à exprimer les besoins du milieu, mais à partir de ce moment-là, c’est le gouvernement qui prend ça en délibéré», a indiqué M. Chapados. «On pense qu’il va y avoir des mesures très concrètes qui vont découler de cette rencontre-là», a-t-il ajouté.

La rencontre qui s’est déroulée en présence du président-directeur général de la Société du Plan Nord, Robert Sauvé, a duré une heure trente, souligne M. Chapados. Les membres du collectif ont aussi sensibilisé des élus du Parti québécois, accompagnés de la députée de Duplessis, Lorraine Richard, qui supporte les travaux du regroupement.

Le Collectif Sept-Îles Agir-Avenir, qui comporte des membres des milieux économique, communautaire, syndical et de l’éducation, a été lancé dans la foulée de la fermeture du Groupe Trinor, un fleuron de la PME, qui a déclaré faillite en mars.

Partager cet article