Économie difficile: Martin Ouellet invite la population à se mobiliser

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 03 mai 2017
Temps de lecture :

Le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, était à Sept-Îles lundi, en compagnie de sa collègue de Duplessis, Lorraine Richard.

À l’heure où l’effondrement du prix du fer malmène l’économie de Sept-Îles et que Port-Cartier et Baie-Comeau doivent jongler avec une industrie forestière incertaine, le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, invite la population «à sortir et marcher avec (eux)» pour «faire valoir l’importance» des mesures d’urgence réclamées dans la région.

«Les gens de Sept-Îles, si vous voulez votre fonds (d’urgence de 25 millions $), si vous voulez que le gouvernement mette tout son poids dans la balance, ça prend une mobilisation qui va démontrer cette nécessité de ces besoins-là», a exprimé le député du Parti québécois, qui était à Sept-Îles lundi dans le cadre de la tournée Priorité PME menée avec ses collègues Mireille Jean et Alain Therrien.

M. Ouellet a tenu ces propos en citant la «grande marche forestière» tenue dimanche, au Saguenay pour démontrer l’appui régional à son industrie. «Je m’attends à ce que la population sorte, marche avec nous», a-t-il dit. Le péquiste dit par ailleurs saluer et appuyer l’initiative du Collectif Sept-Îles Agir-Avenir, qui réclame des mesures d’aide pour la région.

Le collectif revendique entre autres la création d’un fonds d’urgence de 25 millions $ pour aider les PME à traverser le ralentissement économique. Dans la Manicouagan, le «fonds d’action entrepreneuriale» a été créé dans les années 2000 grâce à l’implication financière du gouvernement du Québec, Alcoa et la MRC de Manicouagan, qui ont allongé chacun 3 millions $.

«C’est un levier économique», a expliqué M. Ouellet, rappelant que le fonds peut permettre une prise de participation ou même la réalisation d’une étude de préfaisabilité. Interrogée à savoir si ce fonds pourrait servir de modèle pour Duplessis, la députée Lorraine Richard rappelle qu’il faut d’abord si le «gouvernement répondra présent» à l’aide financière réclamée.

«On va voir quel forme le gouvernement va vouloir lui donner (…) Ça fait plus d’un an qu’on le demande», a soulevé Mme Richard. «Le fonds de la Manicouagan a permis de soutenir et aider des entreprises, ce qu’on n’a pas ici», a-t-elle ajouté. Le Collectif Sept-Îles Agir-Avenir doit d’ailleurs rencontrer le ministre responsable de la Côte-Nord, Pierre Arcand, cette semaine, a-t-elle souligné.

Priorité PME
Le Parti québécois rencontre les PME de partout au Québec en vue d’élaborer une politique visant à mieux les soutenir. Le PQ réclame entre autres que l’État allège la «bureaucratie» à laquelle les entreprises doivent se soumettre, change «la culture» de Revenu Québec qui désavantage souvent l’entrepreneur et mette en place des incitatifs fiscaux pour augmenter les exportations.

Partager cet article