Budget provincial: Fonds pour le Plan Nord et l’exploration minière

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 04 avril 2017
Temps de lecture :
Sept-Iles, Bucket wheel excavator Sept-Iles, Roue à  godets Sept-Iles Sept-

Québec poursuit ses investissements pour stimuler «le pilier» du Plan Nord en annonçant des sommes de 45 millions $ d’ici 2022 pour «soutenir de nouvelles initiatives» mais aussi pour revigorer les activités d’exploration minière au nord du 49e parallèle.

En déposant son nouveau budget provincial le 28 mars, Québec n’a pas raté de rappeler qu’en 2016, le Plan Nord avait notamment permis la création de la Société ferroviaire et portuaire de Pointe-Noire à Sept-Îles. En 2017-2018, la Société du Plan Nord disposera d’une enveloppe de 72 millions pour la mise en place de «conditions favorables au développement du territoire, à la mise en valeur de ses richesses et à l’épanouissement de ses communautés».

Déjà une série de mesures pour 45 millions $ ont été annoncées mardi dernier, dont 10 millions $ pour l’amélioration des télécommunications en Basse-Côte-Nord et 19 millions $ pour la construction du complexe scientifique de l’Institut nordique du Québec, rattaché à l’Université Laval. «Je pense qu’on a pas mal de choses qui touchent la Côte-Nord», s’est réjoui le ministre responsable, Pierre Arcand.

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles est entre autres satisfait de la série d’incitatifs mis en place pour appuyer le secteur de l’exploration minière sur le territoire du Plan Nord, évalués à 5,6 millions $ pour les cinq prochaines années. L’État veut aussi encourager l’exploration en prolongeant d’un an le délai pour effectuer des travaux et simplifier l’administration des aides à l’exploration minière.

L’Association de l’exploration minière du Québec a d’ailleurs salué l’initiative de Québec en se disant «rassurée» par les actions de l’État. «Ces annonces favoriseront le développement de l’exploration minière sur le territoire du Plan Nord, entre autres, où le potentiel minéral demeure méconnu» a déclaré le président du conseil d’administration de l’association, Me Frank Mariage.

Trop peu selon la députée
Pour la députée de Duplessis, «la Côte-Nord a été oubliée» du dernier budget libéral. «Je suis extrêmement déçue», a lancé Lorraine Richard. «Les libéraux ont fait un plan marketing avec le Plan Nord quand le prix des métaux était à la hausse. On le voit maintenant (…) Par rapport au Plan Nord, tout ce qu’on retrouve dans le budget c’est à l’institut à Québec où ils vont injecter 20 millions», poursuit-elle.

La députée péquiste déplore les choix de Québec d’autant plus que la région crie à l’aide depuis l’effondrement des marchés. «Ça n’a pas de foutu bon sens (le 20 millions à l’institut), quand nos PME ferment, nos gens quittent. On crée un institut sur la nordicité pourquoi? Pour voir que la Côte-Nord se vide», s’interroge Lorraine Richard.

Le ministre de la région soutient pour sa part qu’il faut voir les investissements «dans son ensemble» et que les budgets du Plan Nord «n’inclut pas toutes les responsabilités des autres ministères». Des sommes de 54 millions $ ont aussi été prévues pour appuyer la Stratégie maritime du Québec. Un montant de 45 millions $ servira aussi aux municipalités pour prévenir les risques de l’érosion des berges.

Partager cet article