Mathieu Boudreau: Une carrière de concepteur de jeux vidéo en plein essor

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 07 février 2017
Temps de lecture :

Mathieu Boudreau est visiblement un Septilien qui ne manque pas d’imagination. Une arme qu’il utilise à bon escient dans sa carrière de concepteur de jeux vidéo pour Cradle Games.

Membre de la première cohorte d’employés d’Ubisoft, Mathieu Boudreau en est venu à fonder avec des collègues la compagnie Cradle Games au printemps 2015.  Loin d’être un simple passionné de jeux vidéo, il s’apprête à franchir une étape importante par le lancement éventuel de Hellpoint. Un projet sur lequel il travaille depuis plusieurs années.

Mathieu Boudreau nourrit cette passion pour les jeux vidéo dès sa plus tendre enfance à Sept-Îles. «Depuis que je suis tout petit que je joue avec des gens. J’ai grandi entouré de bons «gamers» dans le sous-sol de mes parents, confie-t-il. J’en suis venu à faire des études en animation 2D et 3D au Collège O’Sullivan de Québec à l’âge de 19 ans. Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours pensé à la meilleure façon de faire des jeux.»

Cette jeunesse sur la Côte-Nord ayant eu un impact important sur son travail de création. «C’est ici que j’ai développé cet intérêt. C’est venu assurément teinter ce que je suis. À ce moment-là, j’ai côtoyé la communauté métal. C’est une influence que l’on retrouve sur le nouveau jeu, indique-t-il. Comme j’habitais sur la plage Ferguson, j’avais un sentiment d’explorer des contrées plus sauvages. Je cherchais à m’éloigner du paysage urbain. Ça fait en sorte que j’ajoute très souvent des éléments plus organiques.»

Une autre étape marquante

Avec l’aide de six collègues, il a récemment annoncé la sortie prochaine de «Hellpoint», dont l’action se déroule sur une vieille station spatiale en orbite autour d’un trou noir. Les joueurs ayant à découvrir quelles catastrophes s’y sont produites. «On travaille sur ce concept depuis plusieurs années. On voulait créer un univers de jeu où l’expérience du joueur n’est jamais interrompue par la narration. On doit à la fois le développer et rechercher du financement», explique-t-il.  

Même si la compagnie a reçu l’aide du Fonds des médias pour son démarrage, Mathieu Boudreau et son équipe doivent se tourner vers une campagne de sociofinancement à la fin du mois. «On se fixe un objectif de 125 000$. Si on en récolte 50 000$, on sera très satisfait. On aura un mois pour atteindre l’objectif. (…) Ce ne sera pas là notre seule source de financement, tient-il à préciser. C’est aussi une belle façon de savoir s’il y a un public pour ce genre de jeu. Une suite pourra être envisagée s’il devient populaire.»

Une grande reconnaissance

Le Septilien en profite pour remercier toutes les personnes qui ont cru en lui et l’ont incité à persévérer dans ce milieu. «Mes amis et ma famille ont toujours été derrière moi. Je leur en suis grandement reconnaissant. Il y a un rythme de vie en région, dont je m’ennuie. Ça laisse place à l’introspection. Ça laisse libre cours à l’imagination. C’est en soi un très bel endroit pour exprimer sa créativité», affirme-t-il.

Les personnes intéressées à en savoir plus sur Cradle Games sont invitées à se rendre au www.cradlegames.com. À cet endroit, on retrouve également une bande-annonce du jeu «Hellpoint». Plus de détails suivront au sujet de la campagne de sociofinancement au cours des prochaines semaines.

Partager cet article