Des décrets environnementaux toujours attendus pour la 389

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 21 Décembre 2016
Temps de lecture :

La route 389 qui relie Baie-Comeau à Fermont figure au palmarès des dix pires routes du Québec pour une deuxième année consécutive. .

(Le Manic) Trois projets du programme d’amélioration de la route 389 attendent toujours les décrets environnementaux qui étaient initialement prévus pour septembre.

Par Karine Boivin Forcier

Les projets B, D et E sont toujours entre les mains du conseil des ministres, responsable de l’émission des décrets environnementaux. «On ne les a pas encore. Il y a eu des délais», mentionne Sarah Gaudreault, conseillère en communication à la direction de la Côte-Nord du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports.

Une fois ces décrets obtenus, la prochaine étape devrait être les appels d’offres pour le lancement des travaux. Le ministère ne peut toutefois pas confirmer exactement quand les autorisations seront données. «Les projets sont prévus et prêts, mais on attend les diverses autorisations», explique Mme Gaudreault.

Retards

Les travaux de construction du secteur compris entre les kilomètres 0,6 et 1,5 du prolongement de l’avenue du Labrador (nouveau tracé de la route 389), qui permettra à Mason Graphite d’accéder au site prévu de son usine, devaient débuter cet automne, mais sont retardés dans l’attente des diverses autorisations.

«On attend encore certaines autorisations de Québec. […] Nous, on est prêts à procéder. Ça retarde la construction», indique Paul Joncas, de la Société d’expansion de Baie-Comeau. L’entrepreneur, Roland Munger, qui est le plus bas soumissionnaire conforme, a été choisi, mais le contrat ne peut être octroyé tant que les autorisations ne sont pas obtenues.

Parmi celles que Québec doit encore délivrer, il reste le décret environnemental, l’approbation du règlement d’emprunt de la Ville de Baie-Comeau par le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire et les certificats d’autorisation du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

M. Joncas affirme que les travaux doivent se faire le plus rapidement possible, puisque le tracé traverse des tourbières et qu’un tassement du matériau de remblai doit se faire. Le reste du projet B, qui concerne le tronçon de route compris entre Baie-Comeau et Manic-2, devrait être réalisé à compter de 2018.

Travaux réalisés

Certains travaux ont toutefois été réalisés au cours de l’été, puisque ce sont des «segments courts qui ne nécessitent pas de décret environnemental», selon Sarah Gaudreault.

C’est le cas notamment de travaux de reconstruction de la route aux kilomètres 202 et 204, inclus dans le projet E (km 110 à 212). Ceux-ci incluaient des corrections de courbes et de profils ainsi que la pose de ponceau et de glissières de sécurité.

Des corrections de courbes aux kilomètres 70 et 73, qui font partie du projet D (kilomètres 22 à 110), ont également été effectuées. Dans ce projet, des corrections de courbes sont à venir au 42e km en 2017 et au 51e kilomètre en 2018. D’autres segments pourraient être réalisés selon les disponibilités budgétaires.

Quant au projet C, qui concerne le secteur sinueux au nord de Manic-5 (km 240 à 254), le début des travaux est prévu en 2017, conditionnellement, bien sûr, à l’obtention des dernières autorisations environnementales.

Le projet A, entre Fire Lake et Fermont, sera le dernier à être lancé, en 2019. Il reste encore plusieurs autorisations à obtenir pour ce tronçon et le ministère poursuit les négociations avec les communautés autochtones et le milieu. L’étude géotechnique devrait toutefois être effectuée cet hiver.

Partager cet article