Pathologiste:  Gaétan Barrette doit prendre ses responsabilités, clame le PQ

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 10 novembre 2016
Temps de lecture :

Les députés péquistes, Diane Lamarre (au centre), Lorraine Richard et Martin Ouellet.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, aurait dû se montrer «plus sensible» au cri d’alarme lancé par une chirurgienne et une gynécologue de Sept-Îles pour dénoncer l’état des services de pathologie sur la Côte-Nord, dénonce le Parti québécois.

Ce matin, on apprenait que deux pathologistes du Québec ont tendu la main au CISSS de la Côte-Nord pour offrir leur aide, le temps que le corridor de services avec le Saguenay soit mis en place. «(Ils) ont eu pitié des gens de la Côte-Nord», a lancé la députée de Duplessis, Lorraine Richard, lors d’un point de presse tenue à l’Assemblée nationale avec ses collègues, Martin Ouellet et Diane Lamarre.

«Ces deux pathologistes ont eu plus d’empathie envers ma population que le ministre lui-même. Le ministre Barrette prend tout à la légère. Il faut que les gens dénoncent, qu’on pose des questions en chambre et encore là, il nous répond de façon non-responsable», a-t-elle poursuivi, martelant que la Côte-Nord expédie ses analyses dans neuf centres différents du Québec et même parfois jusqu’en Ontario.

«J’espère que ça va donner une leçon au ministre pour qu’il réalise une fois pour toutes, qu’il est le ministre de la Santé et qu’il ne peut pas toujours renvoyer la faute sur les autres. (…) Il aurait dû prendre ça au sérieux», a rajouté Mme Richard., dénonçant qu’il s’est montré «insensible» et  que «sa réponse n’était pas à la hauteur du poste qu’il occupe».

Le député de René-Lévesque, Martin Ouellet, a déploré que les technologues de la Côte-Nord se trouvent «dans le néant total» avec l’implantation du controversé projet Optilab, qui prévoit la centralisation des analyses vers le Saguenay. «En fonction de nos examens, nos technologies doivent envoyer des spécimens un peu partout au Québec. Notre CISSS, c’est rendu une agence de transports», a-t-il martelé.

Le CISSS de la Côte-Nord peine à être desservi par un établissement du Québec pour la pathologie depuis qu’une entente avec le CISSS du Bas-St-Laurent a pris fin, il y a un an.

 

Partager cet article