Savoir Affaires: De jeunes cerveaux pour diversifier l’économie

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 27 septembre 2016
Temps de lecture :

Le comité organisateur formé de Lorraine Frappier de l’agence Frappier Tandem +, Nancy Méthot et Sylvain Larivière de Développement économique Sept-Îles, Mélanie Dumont de la Corporation de développement économique de Port-Cartier et le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier.

Une cinquantaine d’étudiants à la maîtrise ou au doctorat, provenant des dix établissements du réseau de l’Université du Québec, seront à Sept-Îles, en novembre, pour «brainstormer sur l’économie» et «penser autrement».

C’est sous la forme d’une compétition que ces étudiants seront appelés à explorer des opportunités d’affaires, avec les entrepreneurs locaux, en tourisme, en transformation métallique et minérale, en bioalimentaire ou pour valoriser les matières résiduelles et les rejets industriels.

La cinquième édition de Savoir Affaires s’intitulera Tremplin vers le Nord et se déroulera à Sept-Îles du 7 au 11 novembre. Huit équipes de six étudiants seront appelées à rencontrer une quinzaine d’entrepreneurs par créneau. Guylaine Quessy, de l’entreprise Synergica Électrique de Port-Cartier, agira comme présidente d’honneur.

Sortir de nos paradigmes

«Je suis en poste à la mairie depuis près de trois ans et la chose qui est revenue le plus souvent à mes oreilles, c’est l’importance de la diversification de l’économie», a mentionné le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier. «La chose la plus complexe lorsqu’on parle de développement économique, c’est de sortir de nos paradigmes, ajoute-t-il. On est dans un milieu avec une culture. On baigne dedans depuis qu’on est au monde.»

Selon Réjean Porlier, cet événement permettra à ces étudiants de cycles supérieurs d’amener «une nouvelle vision» aux entrepreneurs de Sept-Îles et Port-Cartier. «C’est une initiative très porteuse et qui pourrait faire la différence pour une partie de notre avenir économique», estime-t-il. «On a un outil qui peut être extrêmement structurant. On va avoir une vue de gens de l’extérieur. Des jeunes qui vont nous prêter leur cerveau pendant une semaine pour brainstormer, faire un remue-méninges, sur ce que pourraient être d’autres développements à Sept-Îles», explique le maire.

Innover

Une des réflexions qui est ressortie du Point sur l’économique, organisé par Développement économique Sept-Îles (DÉSÎ) en janvier 2015, c’est qu’il «fallait éviter de faire du surplace, fallait innover», mentionne Sylvain Larivière, commissaire industriel chez DÉSÎ. Selon lui, l’événement Savoir Affaires facilitera le «maillage entre les PME et le savoir-faire universitaire» et permettra un «brassage d’idée. La cinquantaine d’étudiants viendront «s’imprégner de ce qui se passe ici» pour «challenger des idées».

En plus de venir réfléchir sur des avenues de développement économique, amener une cinquantaine de diplômés en devenir à Sept-Îles pourrait bien en inciter quelques-uns à s’établir ici, estime M. Larivière, ou du moins en faire des «ambassadeurs». Selon le recteur de l’Université du Québec à Chicoutimi, Martin Gauthier, la mission de Savoir Affaires est «l’enseignement, la recherche et le développement de nos milieux». Les créneaux économiques explorés à Sept-Îles sont «des sujets porteurs pour nos étudiants aux cycles supérieurs», affirme le recteur.

Partager cet article