Une amoureuse de l’art public s’exprime en milieu urbain

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 28 juillet 2016
Temps de lecture :

Dans «Mener sa barque», Camille Deschênes-Côté se dévoile sous un nouveau jour.

Sur l’une des façades de la Poissonnerie Fortier à Sept-Îles, Camille Deschênes-Côté met la dernière touche à une immense murale qu’elle a réalisée au cours des dernières semaines autour de l’identité maritime.  

Un travail de création que Camille Deschênes-Côté conçoit comme un moyen d’embellir l’environnement urbain. «Je vois ça comme une façon de mettre en valeur un lieu. Ça fait un attrait de plus où les gens peuvent s’arrêter. Ça rend le site plus intéressant, quant à moi», avance celle qui a consacré plus d’une centaine d’heures à la réalisation de cette première œuvre de son projet «Sept-Îles, paysage identitaire».

Une démarche artistique réfléchie qui pose un regard sur l’identité maritime de la municipalité dans un lieu qui s’y prête très bien, selon elle. «Je voulais parler des pêcheries. Je voulais aussi parler de notre archipel, explique-t-elle. Il faut la mettre en valeur. Le phare de l’île Corossol est ici mis en évidence. Il y a aussi les plages. C’est l’une de nos forces. Il y aussi un peu d’histoire par les pêcheurs basques, la chasse aux baleines et une usine de transformation de fruits de mer.»

Amoureuse de l’art public, elle souhaite fortement que les gens puissent en arriver à s’approprier réellement son œuvre et à en faire leur fierté. «C’est l’effet recherché. C’est un art communautaire. C’est ce que j’aime par la réalisation de ce type de projet. Je veux que mon travail ait un impact positif sur le sentiment d’appartenance des gens. Je sens beaucoup d’intérêt à l’égard de mon travail et ça me plaît. C’est beaucoup plus que ce à quoi je m’attendais. Ça me fait dire que j’ai bien fait de mettre ce projet en branle», affirme-t-elle.

Cette première de trois œuvres murales extérieures a été réalisée grâce à un partenariat avec l’Entente de développement culturel de la Ville de Sept-Îles, la Caisse d’économie Desjardins des Mines, métaux et services publics et la Poissonerie Fortier. Pour le moment, l’artiste se refuse à dévoiler à quels endroits se trouveront ses deux autres créations, mais elle indique que l’une d’entre elles aura pour thème la culture.

 

Partager cet article