Le chef Mike McKenzie accusé d’agression sexuelle

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 28 juin 2016
Temps de lecture :
Mike Mckenzie

Le chef de la communauté de Uashat mak Mani-Utenam, Mike Mckenzie, se dit confiant de pouvoir arriver à quelque chose de bénéfique pour la communauté de Uashat mak Mani-Utenam.

Le conseil Innu Takuaikan Uashat mak Mani-Utenam n’a pas encore réagi au mandat d’arrestation visé lancé contre leur chef, Mike McKenzie, qui fait face à trois chefs d’accusation en lien avec des crimes sexuels sur une «sur une enfant âgée de moins de 14 ans».

«On prend le temps de réfléchir avant de poser une action», a indiqué le porte-parole du conseil de bande, Raoul Vollant. «On ne veut pas prendre de décision trop hâtive», a-t-il poursuivi, assurant qu’ITUM allait émettre un communiqué de presse d’ici «les prochaines 24 heures».

Un mandat d’arrestation visé a été lancé contre Mike McKenzie, 42 ans, pour des chefs d’accusation d’attouchement sexuel, d’incitation à des contacts sexuels et d’agression sexuelle sur la même présumée victime. Les faits reprochés se seraient déroulés il y a 15 ans, entre juin 2000 et mai 2001, à Sept-Îles et à Mashteuiatsh, au Lac St-Jean.

Mike McKenzie aurait été rencontré par la Sûreté du Québec mardi et relâché sous promesse de comparaitre. La date n’a pas encore été rendue publique.

Le chef devait témoigner mercredi matin devant le coroner Bernard Lefrançois dans le cadre des travaux de l’enquête publique sur la vague de suicides à Uashat mak Mani-Utenam en 2015, mais le procureur du coroner a informé qu’il serait absent sans préciser la raison.

Depuis le début de l’année, le chef McKenzie était au centre d’allégations si bien qu’à son assermentation en avril dernier, il avait lu une déclaration dans laquelle il tenait à «éliminer tout doute à (son) sujet».

«Je n’ai jamais, en aucune circonstance, commis d’actes pouvant être répréhensibles envers qui que ce soit. Mon âme et ma conscience sont parfaitement libres à ce sujet», avait-il assuré. L’homme de 42 ans affirmait à l’époque ne pas avoir été rencontré «par les autorités concernées» et ne faire l’objet d’aucune «procédure judiciaire».

Mike McKenzie a été élu à la tête du conseil d’ITUM en 2013 et a obtenu un second mandat en mars dernier.

Partager cet article