Fort McMurray: Les flammes épargnent la maison des Duclos

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 02 juin 2016
Temps de lecture :

Le couple, Pascal Duclos et Josée Couturier-Duclos, et Cliff Duclos-Beaudin.

Le Septilien, Pascal Duclos, et sa femme, Josée Couturier-Duclos, ont poussé un soupir de soulagement jeudi. Le violent incendie qui a ravagé Fort McMurray a épargné tout le quartier résidentiel du couple de travailleurs.

«La maison est correcte, ça sent un peu la boucane, mais il n’y a rien de dramatique», a raconté au Journal, M. Duclos. C’est certain que ça va prendre un bon nettoyage, c’est pas si pire, mais je croyais que ça allait l’être».

Le couple a néanmoins choisi de retourner à Edmonton, où il séjourne chez des amis, pour quelques jours encore, le temps que la vie reprenne à Fort McMurray. «Il n’y a pas grand-chose d’ouvert, l’air n’est pas bon non plus, ça sent le brûlé partout, comme l’odeur d’un feu de camp», illustre-t-il.

Le Septilien raconte que la nature a repris ses droits dans certains secteurs de la ville. «Ç’a recommencé à pousser», dit-il. Les autorités avaient également réservé un accueil chaleureux aux résidents qui regagnaient la ville albertaine. Des pompiers et des policiers les saluaient du haut d’un viaduc, faisant flotter le drapeau canadien.

Depuis mercredi, les quelque 100 000 habitants de Fort McMurray ont pu remettre les pieds chez eux après avoir été évacués il y a un mois. Le retour se fait progressivement jusqu’à samedi, par différents quartiers. Les 500 maisons situées dans des zones rasées de 70% à 90% seront strictement inaccessibles pour encore de nombreuses semaines, rapporte La Presse canadienne.

Le couple d’opérateurs de machinerie lourde pour Suncor estime qu’il pourrait être de retour au travail dès la mi-juin.

 

 

Partager cet article