Stage de solidarité internationale: Une quinzaine d’étudiants du Cégep de Sept-Îles à Haïti

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 31 mai 2016
Temps de lecture :

D’ici le 8 juin, une quinzaine d’étudiants du Cégep de Sept-Îles effectuent un stage de solidarité internationale en Haïti. Un séjour au cours duquel ils participeront, entre autres, à l’élaboration d’activités éducatives dans les écoles primaires et secondaires de Jacmel, une petite commune située au sud-est du pays.  

Les stagiaires auront l’occasion de collaborer à des formations professionnelles, d’offrir des conférences sur la santé sexuelle et nutritionnelle, des ateliers sur la gestion des conflits, l’intimidation et le développement global des enfants. Lors de leur séjour, ils réaliseront une murale avec un artiste local. Une création qui sera inaugurée le 6 juin, en présence de dignitaires locaux.

Ils prêteront également main-forte au comité organisateur du Salon Formation et Emploi (SFE) de Jacmel. Inaugurée en 2014, cette initiative de l’Institut national de formation professionnelle vise à créer des liens entre les jeunes diplômés des écoles professionnelles et techniques et les investisseurs de la région. Sur une note plus culturelle, ils auront l’opportunité de s’initier au créole, d’animer une soirée dansante et de se familiariser avec les mœurs et coutumes d’Haïti, ainsi que d’en visiter sa capitale, Port-au-Prince.

Une expérience enrichissante

En collaboration avec l’Organisation des jeunes en développement de Jacmel, ce séjour est organisé par le Comité de Solidarité de Trois-Rivières. «Pour nous, il importe de bien ancrer ce séjour de solidarité internationale dans le cursus académique des stagiaires du Cégep de Sept-Îles, afin qu’ils puissent actualiser les connaissances apprises lors de leurs études directement sur le terrain», soulève le coordonnateur des stages internationaux, Sylvain Pinet.

«Ce séjour revêt à nos yeux une double valeur : professionnelle, d’abord, mais également et surtout solidaire, car leurs actions à Jacmel auront des répercussions positives sur le mieux-être et le mieux-vivre des Haïtiens, ajoute-t-il. Nous croyons que ce genre d’expérience interculturelle ne peut que contribuer à enrichir le parcours pédagogique des participants d’ici, et éveiller la curiosité des enfants, enseignants et parents haïtiens par le contact avec des étudiants de l’extérieur.»

Partager cet article