Grands Prix santé et sécurité du travail: Deux finalistes chez ArcelorMittal

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 20 avril 2016
Temps de lecture :

Nathalie Parent et Jacques Lajoie, tous deux à l’emploi d’ArcelorMittal à Port-Cartier, sont finalistes dans leur catégorie au gala national des Grands Prix santé et sécurité du travail de la CNESST (auparavant CSST) qui se tiendra le 3 mai à Québec.

C’est en raison d’accidents dont il a été témoin que Jacques Lajoie a décidé, il y a 25 ans alors qu’il était opérateur de machinerie lourde à Fermont, de s’impliquer pour améliorer la sécurité de son milieu de travail.

«Moi, ce qui m’a amené à la santé et sécurité, malheureusement, c’est le décès de confrères de travail. Quand j’œuvrais, ici, à Port-Cartier, dans le domaine des tourbières, j’ai un de mes amis qui est décédé. J’ai vécu avec ça. Et quand je suis arrivé au Nord (à Fermont), en 1989 et 1990, j’ai eu deux confrères… C’était des gens de mon équipe. À un moment donné, j’ai dit assez, c’est assez», a raconté M. Lajoie sur les ondes de Côte-Nord Attitude.

Jacques Lajoie a alors commencé à discuter avec l’employeur, notamment pour revoir la circulation des camions lourds sur la mine. Il a par la suite été libéré à temps plein comme délégué en santé et sécurité du travail avant d’occuper la même fonction à Port-Cartier depuis 2010.

«Parmi ses plus belles réalisations, Jacques est le principal acteur dans la mise en place de méthodes prudentes de travail, en particulier à la mine du Mont-Wright», affirme la direction régionale de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). M. Lajoie a également travaillé à améliorer l’ergonomie des habitacles des machines et véhicules et sur la réduction du bruit. Il est finaliste dans la catégorie Leader en santé et sécurité du travail.

Une soirée pour «contaminer» les travailleurs

De son côté, Nathalie Parent travaille dans le domaine de la santé et sécurité du travail depuis 30 ans, dont 21 au centre de santé de Port-Cartier et depuis une dizaine d’années chez ArcelorMittal. Lorsqu’elle travaillait dans le réseau de la santé, dans les années 1990, elle a mis sur pied avec une collègue une soirée reconnaissance pour souligner l’implication des travailleurs dans la réduction des risques d’accident à Port-Cartier.

Depuis 2009, elle a repris le concept chez ArcelorMittal avec la tenue d’une soirée hommage annuelle. «En fait, la soirée reconnaissance, ce que ça fait, ça contamine si je peux dire. Les travailleurs sont tous là et participent au visionnement des différents projets et ça les conditionnent à penser à d’autres projets novateurs pour l’année suivante. Donc, c’est quelque chose qui fait des petits. C’est vraiment extraordinaire et ça stimule les travailleurs», a expliqué Nathalie Parent.

Mme Parent fait partie des finalistes représentants d’employeurs au gala du 3 mai. «La santé et sécurité, pour que ça réussisse, il faut que les travailleurs s’impliquent. Moi, je crois beaucoup que les travailleurs font partie de la solution», a-t-elle expliqué.

Partager cet article