31e Marathon des Sables: Le défi qui attend Anne Ross et sa fille Marie-Kristelle

Par Sylvain Turcotte 12:00 AM - 08 avril 2016
Temps de lecture :

Anne Ross (à droite) et sa fille Marie-Kristelle s’attaquent du 8 au 18 avril au 31e Marathon des Sables dans le désert du Sahara au Maroc. La photo a été prise le 7 avril à Ouarzazate.

Elle a couru des kilomètres et des kilomètres sur l’asphalte, la plage, la neige, les montagnes,… Du 8 au 18 avril prochain, la Septilienne Anne Ross s’attaquera à un tout autre défi, le désert du Sahara, pour le 31e Marathon des Sables. Elle y prendra part avec sa fille Marie-Kristelle.

La Septilienne qui approche la soixantaine carbure aux défis. Celui dans le désert du Sahara, avec ses dunes, en sera tout un. Le début de la course sera donné le 10 avril. Six étapes sur sept jours, dont une, la quatrième, de 85 kilomètres en autonomie complète, seule l’eau étant fourni.

L’idée est venue de sa fille, mais Anne Ross y avait déjà songé, mais trouvait «ça fou», notamment en raison de la chaleur. «Je ne me serais pas lancée dans l’aventure seule», a-t-elle confié. L’Innu Ricky Fontaine, qui a déjà pris part au Marathon des Sables, l’a d’ailleurs rassuré.

Chaleur et blessure

Si la mère et la fille se disent prêtes, Anne soutient qu’elles ne savent pas comment elles vont réagir à la température et aux blessures. «Ça sera deux éléments difficiles à gérer. Si une de nous deux doit abandonner pour blessure, on arrête les deux, et si c’est une question de morale, on verra. Notre but, c’est de finir ensemble, le classement n’importe pas. Ça sera un beau défi. On verra où sont nos limites», a-t-elle mentionné. «J’ai plus peur pour les blessures aux pieds. Pour la météo, je vais me dire que ça ne durera qu’une semaine, ça sera comme aller à la guerre», a-t-elle renchéri avec humour.

Les deux femmes n’ont pas eu le même entraînement. Le quotidien d’Anne Ross lui permet un entraînement plus rigoureux. Sa fille n’a pas le même horaire de vie, mais la mère dit que sa fille est très forte mentalement.

Encore!

Quand on dit qu’Anne Ross carbure aux défis, elle pense déjà aux prochains. Elle a en tête la Muraille de Chine et De feu et de glace en Islande, une course de 200 km. Parlant d’Islande, elle prendra d’ailleurs une pause cet été de l’Ultramarathon de Laugavegur, puisque «les hommes ne vont pas à la pêche cet été.» Pour le mythique Marathon de Boston, qui tombe pendant le Marathon des Sables, Anne Ross compte se reprendre l’an prochain, ayant déjà le temps de qualification.

Partager cet article