Résidence Gustave-Gauvreau: L’agrandissement livré un an plus tôt

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 11 février 2015
Temps de lecture :

En jetant un regard à la résidence Gustave-Gauvreau, difficile de croire qu’elle fera entièrement peau neuve d’ici les prochains mois. Pourtant, le Centre de santé et des services sociaux (CSSS) est bien en selle pour réaliser l’important projet de 28 millions $, qui sera même livré avec une année d’avance sur l’échéancier initial.

C’est en septembre 2016 que les usagers de Gustave-Gauvreau pourront bénéficier d’un bâtiment flambant neuf. La construction s’amorcera en juin avec la démolition du centre des Chevaliers de Colomb pour laisser place aux nouvelles installations, qui auront pignon jusque sur la rue Gamache. L’appel d’offres pour ce premier contrat doit d’ailleurs être lancé sous peu par le CSSS de Sept-Îles.

«Les gens n’y croient pas, a mentionné en entrevue au Journal, le directeur général de l’établissement, Jeannot Michaud. Ça fait au-delà de 20 ans qu’on en parle». Au retour des vacances de la construction, les travaux de coffrage pourront débuter et s’échelonneront sur 12 à 15 mois. «On a travaillé très fort pour morceler le projet, plutôt que de donner un seul gros contrat», se réjouit le directeur.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a d’ailleurs donné son aval au fractionnement des premiers contrats, vendredi. Impossible néanmoins pour l’heure de déterminer en combien de contrats le projet global sera livré, mais le CSSS multiplie ses actions auprès de la Société québécoise des infrastructures (SQI) et Québec pour en tirer le maximum.

«Ça donne plus d’accès aux entrepreneurs locaux plutôt que de prendre un seul gros entrepreneur, a fait valoir M. Michaud. En termes de coûts, ça ne nous coûtera pas plus cher, et en termes de rentabilité, ça nous permet de sauter des étapes», ajoute-t-il.

Devancer l’échéancier
Le CSSS est même parvenu à «vendre» l’idée à la SQI de débuter les travaux un an plus tôt que prévu pour profiter du ralentissement économique régional. On leur a vendu qu’on est dans une position, à Sept-Îles, où il y a de la main-d’œuvre de disponible et qu’il y a peu de projets de construction, explique le DG. C’était important de devancer les étapes pour être capable d’aller chercher des entrepreneurs locaux.»

Les travaux s’amorceront donc en juin, alors qu’ils devaient au départ que débuter en juin 2016. «Nous avons été capables de retrancher presque un an sur l’échéancier», a ajouté M. Michaud.

Annoncé en août 2013 par le gouvernement de Pauline Marois, l’agrandissement de la résidence Gustave-Gauvreau permettra d’accueillir les patients de la résidence Urgel-Pelletier, des services en santé mentale et en soutien à l’autonomie. Le projet ne se traduit pas par l’ajout de places en soins de longue durée.

+++

Réaménagement de l’urgence : Un projet priorisé par l’Agence
L’Agence de la santé et des services sociaux a récemment recommandé l’agrandissement et le réaménagement de l’urgence et du bloc opératoire du CSSS de Sept-Îles au ministère. Le projet chiffré à 51 millions $ ne peut se réaliser qu’avec l’espace libéré par l’agrandissement de Gustave-Gauvreau.

Dans le contexte provincial de retour à l’équilibre budgétaire, la direction du CSSS se réjouit que le projet ait été recommandé par l’Agence. L’urgence de Sept-Îles est l’une des plus désuètes au Québec, selon Jeannot Michaud. Ces installations et celles du bloc opératoire datent de 1962.

(Image : courtoisie – CSSS de Sept-Îles)

Partager cet article