Gregory Charles: En formule intimiste

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 05 février 2015
Temps de lecture :

Reconnu pour ses spectacles à grand déploiement, Gregory Charles s’amène en solo sur la Côte-Nord pour la présentation du spectacle «Ma mère chantait toujours», le 7 février au Café-théâtre Graffiti de Port-Cartier, le 8 à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles et le 10 au Centre des arts de Baie-Comeau. Une prestation durant laquelle il interprète les chansons qui ont bercé son enfance.

Sur une base quotidienne, Gregory Charles consacre plusieurs heures à l’étude des chansons d’hier à aujourd’hui. Un bagage de connaissances qui lui a permis, entre autres, d’animer «Le choc des générations», dont la deuxième saison a été diffusée, cet automne, à ICI Radio-Canada TÉLÉ et le spectacle «Vintage» qu’il présentera d’ici peu à New York. Un beau moyen pour cet artiste multidisciplinaire de souligner ses 25 ans de carrière.

Considéré par plusieurs comme un passionné de musique, l’interprète aime bien travailler sans filet et n’a aucunement peur de relever de nouveaux spectacles. «J’aime bien offrir des prestations, dont le contenu musical n’est jamais fixé à l’avant. Ça ne demande pas de réels préparatifs avant les spectacles puisqu’on s’adapte aux demandes spéciales des gens. Je ne me suis jamais considéré comme un grand chanteur, mais j’embrasse littéralement la musique», lance-t-il.

Dans «Ma mère chantait toujours», un répertoire varié provenant des années 50 à aujourd’hui est interprété par cet artiste reconnu pour son énergie sur scène. Des chansons que les spectateurs sont invités à fredonner avec lui, en toute intimité. «Très jeune, ma mère m’a initié à la musique. Mon intérêt part d’elle, confie-t-il. Je me souviens qu’elle me recommandait de tout écouter et non seulement de me limiter aux quatre ou cinq chansons du moment. C’est ce que j’ai fait et c’est ce que je continue de faire encore aujourd’hui.»

Moins de place à l’improvisation
Laissant moins de place à l’improvisation, mais tout autant à la spontanéité, le spectacle présenté par Gregory Charles est composé de 40 des 400 chansons que sa mère chantait à la maison. «Dès qu’on disait une phrase, ma mère l’a reliait souvent à une chanson. La musique était omniprésente à la maison. Ce spectacle me donne l’occasion d’aller là où je ne suis jamais allé auparavant. J’avais envie de le faire», précise celui qui replonge ainsi dans les souvenirs qu’il partage avec sa mère qui souffre aujourd’hui d’Alzheimer.

«Même si elle ne me reconnaît plus, on s’assoit toujours ensemble et on chante des chansons. Ces beaux moments me permettent de constater qu’il y a un réel choc entre les générations et qu’on est uni par la musique qui est un gros trait d’union entre une mère et son enfant, explique-t-il. C’est ce que le spectacle vient confirmer. On passe par plein d’émotions. Ça rappelle la jeunesse. Une période où l’on n’avait qu’à se soucier de soi-même. Malgré nos différences, ça démontre qu’on est semblable.»

(Photo : Cosmos Images)

Partager cet article