La grande sortie: Une réunion de famille mouvementée

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 21 novembre 2014
Temps de lecture :

Coécrite par Mélanie Maynard et Jonathan Racine, «La grande sortie» plonge le public au début des années 80. Une production théâtrale dans laquelle on suit l’histoire d’une famille éclatée, dont la mère a reçu un diagnostic de fin de vie. Une réunion de famille qui laissera place à de nombreuses confidences et qui met en scène des personnages colorés.

La comédienne et animatrice n’en est pas à sa première collaboration avec Jonathan Racine qui a aussi assuré la mise en scène de cette production. «On a déjà collaboré à quelques pièces. On avait fait des créations sur commande. Lorsqu’on a eu la commande du Petit théâtre du Nord, nous avons accepté sans hésiter», souligne-t-elle.

Dans le travail de mise en scène, Mélanie Maynard adore l’approche plus cinématographique adoptée par Jonathan Racine. «Jonathan est très individuel. Il fait lui-même sa mise en scène. Il est très bon pour en rédiger le fil émotif. Moi, je m’en sors très bien avec les dialogues, confie-t-elle. Je remplis les petits carrés. On se parle toutefois beaucoup durant le processus d’écriture. On construit les pièces comme une montagne russe.»

Une légèreté assumée
Avec une trame dramatique assez imposante, «La grande sortie» n’en demeure pas moins une comédie, selon sa coauteure. «À la base, nous avons écrit cette pièce dans le cadre d’un théâtre d’été. Les personnages deviennent drôles. On s’identifie à eux rapidement. On finit par en oublier le fond dramatique. Cette situation vient créer l’urgence pour les personnages de se mettre en action pour leur mère. C’est un style d’humour plutôt britannique. Ça me fait beaucoup rire», soutient-elle.

Bien avant l’annonce de la maladie, Marthe est une femme qui s’est isolée des autres. «Elle a une existence morose. Ce diagnostic vient ajouter du piquant à sa vie. Ça tisse des liens plus serrés entre les membres de cette famille. Chacun a mauvaise conscience et désire se racheter, indique-t-elle. Je crois sincèrement que c’est assez fidèle à la réalité.»

Un véritable plaisir
Comme auteure, Mélanie Maynard éprouve beaucoup de plaisirs à écrire. «J’aime que le théâtre soit très vrai, authentique. Je ne serais pas capable de verser dans l’absurde. L’écriture est quelque chose de plus intime. J’adore. Le fond dramatique me ressemble beaucoup. Dans la pièce, on y retrouve mon sens de la répartie et ma sensibilité. Ce sont des qualités qui ressortent dans l’écriture», lance-t-elle.

En plus de faire à nouveau partie de l’équipe de l’Émission «Testé sur des humains», dont la diffusion reprendra au printemps 2015 sur les ondes de TVA, l’animatrice reviendra à la barre du prochain Gala Célébration de Loto-Québec. Elle poursuit également les tournages de Cas XXX, dans lesquels elle fait une incursion dans le milieu de la pornographie.

(Photo : courtoisie)

Partager cet article