Marche en faveur d’un référendum : Le maire de Sept-Îles confirme sa présence

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 28 octobre 2014
Temps de lecture :

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, a confirmé qu’il participera à la marche en faveur d’un référendum consultatif sur le projet Mine Arnaud, qui doit avoir lieu dimanche. Lundi en séance municipale, la conseillère du district Moisie-Les Plages, Louisette Doiron-Catto le sommait pourtant de ne pas s’y présenter, et de respecter la décision du conseil de ne pas appuyer la tenue d’un référendum sur le projet minier.

Mme Catto n’était pas présente à la séance du conseil du 14 octobre, où les élus, à l’exception du maire, ont voté une résolution rejetant la tenue d’un référendum sur le projet de mine d’apatite dans le canton Arnaud. «Je donne mon appui total aux conseillers qui ont voté pour la résolution», a mentionné la conseillère lors de la période de discussion accordée aux élus, lundi lors de la séance du conseil municipal.

Mme Catto respecte le fait que le maire Réjean Porlier ait été élu en se positionnant pour un référendum et que celui-ci n’ait pas accepté de participer à la marche en faveur du projet en mars dernier. Et ce même si elle a tenté de le convaincre de marcher jusqu’à la dernière minute. Cependant, elle a affirmé qu’elle serait «déçue si le maire n’écoutait pas les élus» qui ont voté pour la résolution.

«Je lui demande de ne pas se présenter à la marche dimanche. Le maire doit représenter la population au complet», a mentionné Mme Catto. M. Porlier était absent de la séance. C’est Michel Bellavance qui agissait à titre de pro-maire.

«Une carte d’assurance»
Le maire Réjean Porlier a confirmé en entrevue sa participation à la marche du 2 novembre. «Je me verrais mal ne pas être là. J’ai fait une promesse, une, c’est de tenir un référendum. Je vais être conséquent de mes engagements», a expliqué le maire.

«Moi, je n’interpelle pas les conseillers publiquement. Je ne dis pas aux conseillers quoi faire», a réagi M. Porlier à la déclaration de Mme Catto. Pour le maire, un référendum serait «une carte d’assurance dans notre poche arrière». Il espère d’ailleurs que la décision du gouvernement sur le projet minier viendra «avec un minimum d’explications».

«Je trouverais ça cavalier qu’il n’y ait rien entre les recommandations du BAPE et un éventuel décret. Il me semble qu’il devrait y avoir une étape où on viendra rassurer le monde si on va de l’avant ou nous expliquer pourquoi on ne va pas de l’avant», a mentionné Réjean Porlier.

Le maire critique «la course au décret» et considère que s’il y a des représentations à faire au gouvernement, «c’est pour demander des réponses». «Si c’est un si bon projet, je ne vois pas pourquoi les gens auraient peur de voter lors d’un référendum», a défendu M. Porlier.

(Photo: archives)

Partager cet article