«Viens dans mon salon»: La maman d’Éli-Jade reconnaissante du soutien de la population

Par Éditions Nordiques 12:00 AM - 23 octobre 2014
Temps de lecture :

Prix «Coup de cœur – Primaire»

Au profit de la famille d’Éli-Jade Boulianne, un spectacle-bénéfice ayant pour titre «Viens dans mon salon» se déroulera au Café-théâtre Graffiti, les 24 et 25 octobre à 20h. À tour de rôle, des artistes locaux monteront sur scène pour apporter leur soutien à cette fille de trois ans atteinte de fibrose kystique. Une initiative grandement appréciée par sa mère, Véronique Métivier.

Dès sa naissance en mai 2011, des symptômes inquiétants ont nécessité le transfert d’urgence d’Éli-Jade au Centre hospitalier de l’Université Laval (CHUL) de Québec. Après près de trois semaines d’hospitalisation, une équipe de spécialistes a posé le diagnostic de fibrose kystique.

«Le diagnostic a été assez long à poser. Quand on a appris la nouvelle, on était sous le choc. Parmi nos proches, on ne connaissait personne qui devait composer avec cette maladie. On nageait donc dans l’inconnu», avance sa mère.

Éli-Jade et son frère, Zach

Éli-Jade et son frère, Zach

En raison de cette maladie, la fillette doit prendre des enzymes «Creon» avant chaque repas pour pouvoir manger. Une situation qui l’oblige à se nourrir dans les 30 minutes suivant la prise de ce médicament.

«L’été, elle sue beaucoup, explique Véronique Métivier. On doit donc être vigilant pour s’assurer qu’elle ne se déshydrate pas. On doit aussi saler davantage ses médicaments, car son organisme élimine facilement le sel. On doit la tenir loin de tout microbe, car sa situation peut facilement se dégénérer.»

L’état de santé d’Éli-Jade impose de nombreux rendez-vous médicaux. Heureusement, un spécialiste du CHUL se déplace en région pour aller à sa rencontre deux fois par année. Un suivi régulier est aussi effectué auprès d’un pédiatre et d’une infirmière, ce qui fait en sorte que sa mère passe plusieurs de ses journées de congé à l’hôpital.

«Je me suis beaucoup renseignée sur la maladie. Dans notre quotidien, on ne cherche pas à la surprotéger. On la traîne partout avec nous. Son grand frère compose très bien avec la situation. Comme je travaille au CPE qu’elle fréquente, je suis près d’elle. Je me compte chanceuse. Je n’ai pas eu à la retirer de là jusqu’à maintenant», souligne celle qui a eu recours au service de ses parents pour assurer la garde de sa fille jusqu’à l’âge de 18 mois. La raison étant que les microbes circulent en grand nombre chez les bébés.

Spectacle-bénéfice
La mère d’Éli-Jade se dit touchée du geste posé par la famille Claveau-Bezeau, les organisateurs de «Viens dans mon salon». «Ce sera un show divertissant. Ce sont des artistes amateurs qui font ça, avant tout, pour s’amuser et qui s’unissent pour une bonne cause. Je remercie Jinny Bezeau, tous les comédiens, les musiciens et les gens qui sont impliqués dans la présentation de ce spectacle. Je leur suis reconnaissante de l’appui apporté à notre famille.»

Photo du HAUT : Malgré les épreuves, la famille d’Éli-Jade demeure unie et heureuse. Sur la photo, son père, Patrick Boulianne, sa mère Véronique Métivier. (Photo : courtoisie)

Éli-Jade et son frère, Zach. (Photo : courtoisie)

Partager cet article