Relance du Plan Nord : La Côte-Nord veut être aux premières loges

Par Fanny Lévesque 12:00 AM - 01 octobre 2014
Temps de lecture :

Les élus de la Côte-Nord ont bien l’intention d’être partie prenante de la relance du Plan Nord, annoncé mardi par le premier ministre lors d’une allocution au Palais des congrès de Montréal. Le jour même, Philippe Couillard a confirmé l’investissement de 50 millions $ en capital-actions de Gaz Métro GNL, une initiative qui laisse croire que la région pourrait être enfin desservie en gaz naturel, comme elle le réclame depuis belle lurette.

«C’est une bonne nouvelle», s’est réjouie la présidente de la Conférence régionale des élus de la Côte-Nord, Micheline Anctil. «L’approvisionnement en gaz naturel, c’est la première condition pour que nos entreprises restent compétitives à travers le monde et le gouvernement en a bien compris l’importance», a ajouté celle qui agit également à titre de porte-parole de la coalition Plein Gaz au Nord, dont l’objectif est justement d’approvisionner la région en gaz naturel.

La participation de Québec dans une filiale de Gaz Métro spécialisée dans le marché du gaz naturel liquéfié (GNL) doit se traduire par l’agrandissement de l’usine de l’entreprise, située à l’est de Montréal, dès février. L’initiative vise à permettre la distribution du gaz dans les régions éloignées, assure le gouvernement. Les premières livraisons sont prévues pour juin 2016.

«Maintenant, reste à définir le meilleur modèle de desserte, à meilleur coût et le plus rapidement possible pour notre grande industrie, mais la petite aussi et les institutions», soulève Mme Anctil. «En ce sens, la coalition désire travailler avec Québec.» Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, émet pour sa part un bémol quant au moyen de livraison qui sera retenu, craignant l’augmentation de l’achalandage sur la route 138.

Profiter de l’accalmi
La baisse du prix des métaux ne freinera pas l’ardeur des libéraux à relancer le Plan Nord, a martelé le premier ministre qui est d’avis que le Québec doit plutôt profiter de la situation pour être prêt lorsque la relance arrivera. À ce message, Sept-Îles répond présente. La municipalité, tout comme les autres du territoire, avait eu du mal à composer avec l’effervescence liée à la première annonce du Plan Nord de Jean Charest, en 2011.

«Il faut profiter de l’accalmi pour bien se positionner, c’est tout à fait logique», soutient le maire Réjean Porlier. «J’ai surtout hâte de voir comment tout ça sera déployé et surtout quelle place ils nous feront, ça prend une démarche avec la région», précise-t-il.

Sept-Îles et son bras économique multiplient déjà les actions pour maximiser les retombées liées au développement nordique. L’étude pour l’aménagement d’un troisième chemin de fer reliant la fosse du Labrador à Sept-Îles, en est un bon exemple selon le président de Développement économique Sept-Îles (DÉSI), Luc Dion.

DÉSI planche aussi sur un plan d’assignation du territoire pour mieux cibler les endroits adéquats à divers types d’entreprises. Avec le COMAX, créé il y a à peine une semaine, le milieu économique entend aussi augmenter les retombées chez les PME régionales. L’aménagement de campements de travailleurs et la réduction du fly in-fly out sont aussi au cœur des travaux de la corporation économique.

Société du Plan Nord
Les attentes seront aussi grandes envers la création de la Société du Plan Nord où «les gens de la Côte-Nord devront être présents», assure Mme Anctil. «Nous avons des besoins particuliers et il faut que cette réalité soit considérée», conclut-elle. Pour DÉSI, cette nouvelle structure devra à tout le moins devenir un «lieu d’échange très fluide entre les communautés qui peuvent recevoir des projets et les entreprises qui veulent en démarrer, si ça peut devenir un élément facilitateur, tant mieux», exprime Luc Dion.

En 2011, le gouvernement estimait que le Plan Nord allait engendrer des retombées de 80 milliards $ en investissements publics et privés sur une période de 25 ans, en plus de créer 20 000 emplois.

(Photo : courtoisie – Compagnie minière IOC)

Partager cet article